• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 20 octobre 2009

Pôle Emploi : « On ne veut pas connaître la même situation que France Télécom »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 octobre 2009

Forte mobilisation hier à Pôle Emploi.

« Le mouvement, d’une rare ampleur, en dit long sur le ras-le-bol des employés, syndiqués ou non » (Michel Riou – CGT).

Plus d’un tiers des salariés étaient en grève à l’appel de l’intersyndicale (CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, Snpa, SNU, Unsa, Sud) pour dénoncer « une situation de plus en plus difficile et intolérable » et des « services dégradés pour les usagers » alors que la fusion ANPE-Assedic était censée améliorer leur accueil.

L’intersyndicale dénonce « les convocations systématiques » de chômeurs « inadaptées à leurs besoins réels », « le management par objectif » et la quantité « insupportable » de chômeurs suivis par conseiller. La montée du stress s’est traduite par 63 agressions physiques et 2.093 verbales envers les agents en huit mois, selon la direction, voire plus, selon les syndicats.

 

PHILIPPE JÉRÔME

Pôle emploi, un système qui menace d’imploser

À Pôle emploi, les retards dans l’indemnisation des chômeurs s’accumulent et la souffrance au travail explose. Journée de grève nationale aujourd’hui, à l’appel de tous les syndicats. Reportage en Provence-Côte d’Azur.

Depuis le 5 janvier 2009, l’accueil des privés d’emploi à l’ANPE et la liquidation de leurs allocations chômage à l’Assedic ont été remplacés par des front-offices (bases avant) et des back-offices (bases arrière), où travaillent des agents polyvalents de Pôle emploi, cet hybride dont le statut juridique est des plus flous puisque né de la fusion d’un service public et d’une association de droit privé. L’idée gouvernementale de créer un guichet unique pour les chômeurs était approuvée par plusieurs syndicats. Dix mois après, les mêmes dressent, avec la CGT, un bilan catastrophique de cette fusion, autant pour les usagers que pour les employés de Pôle emploi, et sonnent le tocsin : plusieurs agents se sont suicidés, au travail ou à la maison, depuis le début de l’année.

[Lire la suite]

 

Publié dans Luttes, Politique nationale, SOCIAL, Souffrance au travail | Pas de Commentaire »

France 3 : « La mise à mort du travail »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 octobre 2009

Lundi 26 octobre, France 3 diffusera deux documentaires sur l’organisation actuelle du travail salarié et le management par le stress qu’elle produit : les drames humains et la catastrophe économique que cette recherche du rentable à court terme génèrent. La troisième partie du documentaire sera diffusée, sur la même chaîne, le mercredi 28 octobre.

Une série documentaire de Jean-Robert Viallet sur une idée originale de Christophe Nick

Au terme de deux ans et demi d’enquête, Jean-Robert Viallet dresse un tableau inquiétant des conditions de travail des employés français, qui travaillent pour trois quarts d’entre eux dans des entreprises de services. Deux notions constituent aujourd’hui le socle de la gestion des personnels: une croissance continue de la productivité et la satisfaction du client. Soumis à une tension constante et à la pression d’une hiérarchie préoccupée par la réalisation des objectifs, les salariés sont poussés à leurs limites. Jamais accidents de travail, souffrance physiques et psychologiques n’ont atteint un tel niveau.  (Source : france3.fr/)

Publié dans ECONOMIE, INFOS, Souffrance au travail | Pas de Commentaire »

22 octobre : Journée d’action nationale pour le développement industriel et l’emploi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 octobre 2009

CGT

22 octobre : Journée d'action nationale pour le développement industriel et l'emploi dans Luttes arton36474-ab749

L’industrie se bouge. Une manifestation nationale le 22 octobre à Paris pour défendre les emplois dans l’industrie. L’occasion de réaffirmer les revendications de la CGT, alors que Nicolas Sarkozy vient d’annoncer la tenue d’États généraux de l’industrie. Un article d’Eva Emeyriat paru dans le mensuel de la CGT Ensemble.

 

PNG - 95.7 ko

Le 22 octobre prochain, l’industrie sera dans la rue. La CGT appelle en effet à une journée d’action nationale à Paris pour l’avenir des emplois et le maintien d’une industrie forte et diversifiée dans l’Hexagone.
Une initiative qui succède à la journée de lutte dans la filière automobile du 17 septembre dernier et aux actions menées depuis le coup d’envoi de la campagne de mobilisations lancée par le collectif « politiques industrielles » de la CGT, dont le point d’orgue a été l’organisation des Assises nationales de l’industrie du 11 juin dernier à Montreuil.
Longtemps grande oubliée des politiques publiques, l’industrie vit un retour en grâce dans le discours gouvernemental. Le 3 septembre dernier, le président de la République annonçait ainsi la tenue d’états généraux de l’industrie avant la fin de l’année, un événement qui pourrait « être préparé par ateliers dans les différentes régions par les PME, grandes entreprises, syndicats, financeurs, chercheurs (…) et qui pourraient se concrétiser en convention nationale », a indiqué Nicolas Sarkozy, rappelant qu’il s’agissant là d’une « très bonne idée de Bernard Thibault », secrétaire général de la CGT.
Si la CGT réclame en effet de longue date l’organisation d’une conférence permanente nationale sur l’avenir de l’industrie, elle entend rester attentive aux modalités d’organisation de ces états généraux. La façon dont le gouvernement s’est emparé du dossier Molex incite en effet à la plus grande vigilance. La CGT « ne se satisfera pas de la seule organisation d’états généraux (…) », ces derniers doivent « déboucher sur quelque chose de nouveau en termes de politique industrielle », a ainsi indiqué Bernard Thibault. Quelque chose de nouveau et surtout des mesures concrètes pour pérenniser leurs emplois, c’est bien ce que revendiquent les dizaines de milliers de salariés affectés par la crise alors même que 300 000 postes sont menacés à brève échéance dans le secteur.

 Le 22 octobre, mobilisons-nous !

Publié sur PCF Maubeuge

Pour une politique industrielle au service de l’emploi et du développement de nos régions.

Restructurations, chômage partiel, non-renouvellement des CDD, fermetures de sites… la casse de l’emploi industriel ne connaît pas de trêve. Devant l’ampleur des dégâts annoncés, les conséquences directes pour la vie de milliers de familles, le désespoir pousse comme du chiendent sur les toits des usines abandonnées. Pendant ce temps là, on annonce la reprise. Pour la bourse et les actionnaires

Des États généraux de l’Industrie ? Oui, mais pour quoi faire ?

… On chiffre à 300 000 le nombre d’emplois menacés à brève échéance dans le secteur industriel. La ministre de l’Économie – naguère employée par le cabinet d’affaires américain conseillant Molex, ce monde-là est tout petit, décidément – annonce le même jour que « le cap de la politique économique, conforté par la fin de la récession intervenue au printemps, sera maintenu » mais que « le chômage devrait augmenter pendant encore quelques trimestres » …

Tract PCF → pdf dans Politique nationale tract22oc09pcf.pdf

Publié dans Luttes, Politique nationale, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

France Télécom-Orange : 161 questions pour dire ce que l’on sait déjà !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 octobre 2009

 

PAULE MASSON

humeurnoire5.jpg

France Télécom sous pression

Les 102 000 salariés reçoivent ce matin un questionnaire sur leurs conditions de travail. L’intersyndicale appelle à une journée d’action demain, jour de négociations sur le stress.

Didier Lombard ne peut plus taire le problème. Mais s’il se résout à intervenir sur les conséquences du mal-être au travail, il s’obstine à refuser d’en entendre les causes. Samedi, dans un entretien au Figaro, le PDG de France Télécom, pourtant confronté à un 25e suicide dans son entreprise, a de nouveau servi le même plat. Les salariés « ont tort de penser qu’on ne les aime plus : tout ce qu’on fait vise justement à permettre de les garder tous », a-t-il expliqué, reprenant l’argument phare développé depuis des années : dans l’univers hyperconcurrentiel que sont les Télécoms, l’entreprise doit se restructurer pour rester compétitive.

humeurnoire7.jpg

La veille, à travers des dizaines de rassemblements qui ont eu lieu dans toute la France, les salariés avaient pourtant une nouvelle fois réclamé des « actes ». Considérant que « les personnels de France Télécom sont toujours en danger  », l’intersyndicale (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC/Unsa, Sud) exige des mesures « susceptibles de modifier durablement et en profondeur l’organisation, le contenu et les conditions de travail ».

[Lire la suite]

Au centre d’appel de Toulouse Soupetard, Stéphane Richard a été accueilli froidement

par les syndicats.

Pour la CGT, le management a conduit unhumeurnoire6.jpge entreprise fleuron dans un système de société de service. Le management se fait sur la productivité des individus avec des points de rencontre quotidiens où chacun est opposé aux autres. Sur les centres d’appel, il y a un manque cruel d’effectif : un départ à la retraite n’est pas remplacé par une embauche, au contraire, ils emploient des CDD ou des contrats de professionnalisation ce qui amène à former en permanence de nouvelles embauches précaires.

A l’intention des clients qui souhaitent quitter Orange, il rappelle que la situation est identique chez les autres opérateurs: le passage à la sous-traitance a conduit aux mêmes problèmes mais moins visibles.

Pour Sud, la visite de S. Richard est un coup de communication qui « ne sert a rien » . Le syndicat demande l’arrêt des restructurations, des mobilités forcées, du flicage (chronométrage des temps de communication et leur quantification) et des challenges (où les employés peuvent obtenir un Carambar, des bons d’achats ou du thé écolo en échange de vente de certains produits). Il réclame l’embauche de 5000 CDI.

A l’intention des clients, ils ont la volonté de bien vous servir mais n’en ont pas les moyens. Ils veulent bien ne pas suivre les scripts imposés par les managers.

Le syndicat FO demande des mesures pour lutter contre le suicide, en particulier, la possibilité de poser des congés quand les salariés le veulent, la reconnaissance comme étant un centre d’appel téléphonique, la fin des pénalités en cas de rappels et la suppression des objectifs
inatteignables ( par exemple, la souscription de trente forfaits haut-débit en plus des objectifs de fidélisation et de déménagements). Pour eux, la visite de Stéphane Richard n’a servi a rien et, au contraire, a été orchestre avec uniquement les « bons  élèves » du plateau. Le syndicat voudrait la fin de la politique du chiffre qui a lieu chez Orange. Par exemple, un employé d’un centre d’appel doit répondre à 6 appels par heure ce qui représente 10 minutes par appel pour résoudre les problèmes des clients.

Source : livebox-news.com

Publié dans ECONOMIE, SOCIAL, Souffrance au travail | Pas de Commentaire »

Guerre d’Espagne : L’Odyssée du Winnipeg

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 octobre 2009

GILLES HERTZOG

 

Guerre d'Espagne : L'Odyssée du Winnipeg  dans HISTOIRE winni-_-2

2500 réfugiés républicains espagnols furent embarqués à Bordeaux pour Valparaiso à bord du cargo Winnipeg, à l’été 1939, grâce au courage du poète chilien Pablo Neruda et des Français de la compagnie France Navigation.

Gilles Hertzog témoigne du sauvetage auquel participèrent ses parents, Paul Hertzog et Marcelle Herzog-Cachin, médecins à bord. L’aller vers le Chili fut un succès. La facette méconnue de cette histoire est la répression vécue au retour en France.

À se trouver ici, le 3 septembre dernier, pour le soixante-dixième anniversaire de l’arrivée du Winnipeg au Chili, à Isla Negra, face à l’océan Pacifique, dans la demeure de Pablo Neruda perchée sur les rochers, mon émotion est grande. Les Chiliens rendent hommage à Neruda, alors ambassadeur du Chili en France, qui, durant l’été 1939, fit venir 2 500 réfugiés républicains espagnols au Chili. Soixante-dix survivants sont là, devant la tombe du poète, et, par centaines, leurs enfants et petits enfants les entourent. Un chœur de vieux Galiciens chante les chansons du pays natal, l’Espagne de jadis, d’avant Franco… Seul étranger dans toute cette assemblée, je suis venu rendre hommage aux 150 Français, marins, personnel de bord, médecins et infirmiers, dont mes parents, Paul Hertzog et Marcelle Hertzog-Cachin, médecins du bord, qui mirent à exécution au cours de l’été 1939 l’idée du grand poète chilien.

[Lire la suite]

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy