Le suicide chez les enseignants

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 octobre 2009

l’Humanité – Article paru le 15 octobre 2009

Les désobéisseurs alertent sur un taux élevé de suicides chez les enseignants

Le Réseau des enseignants en résistance dénonce les conditions de travail dégradées. Ils réclament l’ouverture d’une enquête sur le stress des élèves et des professeurs.

En réaction au plan d’urgence pour la prévention du stress au travail annoncé par Xavier Darcos le 9 octobre, les membres du Réseau des enseignants du primaire en résistance ont saisi l’occasion pour s’intéresser au nombre de suicides enregistrés chez les enseignants. Le chiffre est alarmant :

39 cas par an pour 100 000 enseignants, selon une étude épidémiologique de l’Inserm de 2002.

Il s’agit donc de la profession la plus touchée, suivie de près par les fonctionnaires de police (35 pour 100 000).

Pour Sébastien Rome, instituteur et désobéisseur, il est urgent d’ouvrir le débat sur les conditions de travail : « Les enseignants sont face à un large public et les occasions de conflits se multiplient. On observe un désarroi croissant chez les profs. Au lieu de parler des problèmes rencontrés dans leur classe, ils se replient. Le questionnement reste individuel alors qu’il devrait être posé collectivement. La médecine du travail n’existe pas dans notre institution. » Autre donnée représentative du sentiment de défaillance : 93 % jugent leur profession dévalorisée et près de la moitié sont prêts à changer de métier. À cela plusieurs explications. Les professeurs manquent de reconnaissance. « Le métier n’a pas plus la même aura qu’avant. » Et les sentiments de culpabilité et de honte prédominent. « Nous nous sentons impuissants face à des situations sociales difficiles vécues par les élèves. L’exigence de réussite à tout prix des parents met une pression très forte sur les enseignants. Le désengagement de l’État fait perdre du sens à notre travail. »Si le tableau est sombre, les désobéisseurs refusent de se résigner. Ils proposent l’ouverture d’une enquête sur le stress des enfants et des enseignants dans l’école et demande à Luc Chatel, ministre de l’Éducation nationale, à Xavier Darcos, ministre du Travail, et aux organisations syndicales « d’ouvrir rapidement un débat sur les conditions de travail au sein de l’Éducation nationale ».

IXCHEL DELAPORTE

Relire l’article du 11 octobre :

L’enseignement : un travail de conviction, de valeurs, de réflexion

« Le cri du coeur de plusieurs pour dire que l’école et ses travailleurs ont besoin d’oxygène exprime le sentiment de surcharge et d’impossibilité de répondre à toutes les demandes et à toutes les attentes.»

On demande aux enseignants de tout accomplir, y compris ce qui relève davantage de la famille et de la société que de l’école. De plus, on fixe la barre très haut, sans leur donner les moyens de l’atteindre.« 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy