• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 30 septembre 2009

Sarkozy et les jeunes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 septembre 2009

Dominique Bègles

 

Péril pour les jeunes

Le chef de l’État a annoncé un dispositif qui réactive la logique du SMIC jeune, du CIP et du CPE, dénoncés en leur temps par toute une classe d’âge.

À Avignon, Nicolas Sarkozy a baratiné. Comme on le dit d’un camelot ou d’un VRP en quête d’un segment de clientèle. Là, c’étaient les jeunes. Devant un parterre trié sur le volet par l’UMP locale. Le souci présidentiel ? Intervenir sur une tranche d’âge qui ne fait sociologiquement pas partie de son électorat le plus fidèle, celui-ci s’identifiant majoritairement parmi les plus de cinquante ans. Sauf à considérer que ce n’est pas aux jeunes que le président s’est adressé mais à leurs parents, soucieux et en proie au doute.

Au-delà de la préoccupation électorale, la démarche propositionnelle (l’enveloppe affichée est de 500 millions d’euros) n’est pas tant marquée par une soif de justice que par une inspiration idéologique déjà en oeuvre avec l’affaire du CPE, lancé en son temps, par Dominique de Villepin.

Officiellement, le thème du discours est une déclaration « de guerre sans merci contre le décrochage scolaire », axe d’une bataille censée être en faveur « des 18-25 ans, dans un premier temps en rupture avec le système éducatif (100 000 par an, selon le président) et ensuite livrés à la précarité des petits boulots ». La campagne militaire a aussi un champ précis : « le triangle des Bermudes », où se retrouvent ces jeunes, « puisque aucun processus n’est prévu pour eux ». Il s’agirait donc d’une sorte d’ingérence humanitaire en faveur de catégories de la population (qui alimentent à hauteur de 24 % le nombre total de demandeurs d’emploi, ce qui fait tache dans les statistiques) que le président unifie et montre du doigt sous le vocable de « décrocheurs », qu’ils aient quitté l’école à seize ans ou qu’ils aient abrégé leur cursus universitaire. La question de savoir pourquoi ils ont arrêté leur formation ne sera pas posée ni celle de la réalité des emplois auxquels ils devraient pouvoir prétendre.

Le dispositif présidentiel pour les plus jeunes (seize à dix-huit ans) prévoit « un droit à la formation ou à l’emploi avec un suivi », et des conseils délivrés par « un grand service public de la formation ». La contrepartie est « d’accepter toute formation ou emploi qui sera proposé ». Non précisé mais implicite : quel que soit le salaire ! C’est là qu’intervient la plus grosse supercherie du plan Sarkozy : l’extension du RSA pour les moins de vingt-cinq ans. Il ne s’agit que de la partie « chapeau » de cette allocation et non de la part de l’ex-RMI. Autrement dit, l’allocation compensatoire ne peut concerner que ceux qui ont déjà travaillé. Ce qui est restrictif. Pis, le président place des mines. Il faudra avoir travaillé un minimum de deux ans sur une période de trois ans… Ce qui exclut une quasi-majorité de jeunes pour lesquels il est très difficile d’opposer deux ans d’expérience. En revanche, pour la minorité susceptible d’entrer dans le dispositif, le risque est d’offrir à des employeurs une nouvelle aubaine à l’embauche à bas salaires sur des petits emplois. Les étudiants se verront attribuer le versement d’un dixième mois de bourse à condition d’être dans un cursus de dix mois, ce qui ne concerne que 9 % d’entre eux. La condition est une totale assiduité sous contrôle, ce qui exclut les étudiants contraints de travailler tout en poursuivant des études.

La seconde supercherie du discours présidentiel est dans la proposition de création d’un service civique. D’abord parce que l’idée n’est pas nouvelle puisqu’une proposition de loi en ce sens va prochainement être discutée au Sénat. L’objectif est l’intégration de 10 000 jeunes dès 2010. À terme, 10 % d’une classe d’âge (70 000 personnes). Autant de moins pour le nombre officiel de chômeurs. On notera que, fin avril, Nicolas Sarkozy avait déjà présenté « un plan d’urgence pour l’emploi des jeunes », dont le taux de chômage avait commencé à s’envoler dès janvier 2008. Ce plan était principalement axé sur la relance des formations en alternance, via une incitation financière versée aux employeurs qui embauchent un jeune en apprentissage ou en contrat de professionnalisation. Avec le succès que l’on sait. 


Publié dans Politique nationale, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Communiqué de presse Cimade

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 septembre 2009


26 Septembre 2009 – Evacuation de la « jungle » à Calais : premières victoires du droit

Mercredi 23 septembre 2009, 138 ressortissants afghans, interpellés à Calais, étaient placés dans neuf centres de rétention administrative.

Les juges des libertés et de la détention (JLD) se sont prononcés sur le respect des droits des personnes : 117 décisions de libération ont été rendues. Les juges ont considéré que les personnes n’avaient pas pu exercer leurs droits et, qu’une partie d’entre elles étaient mineures et ne pouvaient donc être placées en rétention.

Plusieurs tribunaux administratifs ont par ailleurs annulé des arrêtés de reconduite à la frontière au motif du non-respect du droit de demande d’asile.

Sur injonction du Garde des sceaux les procureurs ont systématiquement fait appel des décisions des JLD.

Ces jugements démontrent, s’il en était besoin, l’absurdité de l’opération de police menée à Calais et mettent en évidence qu’une telle opération ne peut être respectueuse du droit des personnes.

Soixante-dix-neuf Afghans placés en rétention ont d’ores et déjà été libérés. La Cimade demande à nouveau aux pouvoirs publics de libérer les 59 personnes encore placés en rétention et de prendre les mesures nécessaires à leur protection et à leur sécurité.

Publié dans Justice, Politique nationale, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaire »

Honduras : État d’exception décrété par le gouvernement de facto

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 septembre 2009

Source photo : bellaciao.org/fr/

Honduras : État d'exception décrété par le gouvernement de facto dans Amerique latine 20090925_0006-91e60

Publié sur : http://www.primitivi.org/

Le gouvernement de facto suspend les garanties constitutionnelles

Comme un coup de griffe donné à la liberté d’expression, à la liberté d’association et de locomotion, ce sont les mesures imposées par le gouvernement de Micheletti Bain, qui à travers un communiqué diffusé sur les chaînes nationales de télévision et de radio, a annoncé les mesures qui suspendent des garanties constitutionnelles.

Dernière mise à jour (28 sept 22h30) visible ici : Honduras, les putschistes deviennent plus violents, le Brésil pousse le Conseil de Sécurité de l’ONU afin d’en finir.

Tegucigalpa, Honduras. Après Le retour du président renversé, Manuel Zelaya Rosales et les manifestations qui se sont déroulées pour soutenir sa réintégration à la charge présidentielle, le gouvernement de Micheletti a imposé une série de mesures drastiques à la population hondurienne.

La déclaration oblige les habitant à rester enfermé durant la journée dans les habitations. Cette suspension est prévue pour durer au moins 30 jours et pour 45 jours maximum.

Roberto Micheletti a annoncé sur la radio nationale et une chaîne de télévision la suspension des garanties constitutionnelles qui protègent le peuple honduriens et gère la relation démocratique entre la population et les forces gouvernantes.

[La suite sur primitivi.org/]

 

Honduras : déclaration du Rapporteur de l’ONU, et dépôt d’un recours

contre l’état d’urgence.

mardi 29 septembre 2009, par Primitivi

Le Rapporteur Spécial pour la liberté d’expression de l’ONU, Frank La Rue, déclare “Un Coup d’État est incompatible avec la liberté d’expression”. Le dirigeant du Front de Résistance contre le Coup d’État au Honduras, Juan Barahona, a affirmé que l’appel à une Assemblée Constituante « ne se négocie pas ». L’avocat Fredín Fúnez, membre de la Résistance Nationale Contre Le Coup d’Étatl a déposé un recours contre le décret d’état d’urgence émis dimanche par le gouvernement de facto. A l’assemblée de l’OEA les Etats-Unis prennent une position curieuse.

-Lire l’article-

 

Publié sur : ARTICLE XI

 

vignette_hon dans LIBERTES Cela fait trois mois exactement que Manuel Zelaya a été évincé du pouvoir par un coup d’état à l’ancienne mode latino-américaine. Trois mois que le peuple est dans la rue, manifeste contre un pouvoir illégitime. Aujourd’hui, ils seront plusieurs centaines de milliers à arpenter Tegucigalpa en narguant la répression. Retour en images sur une révolte qui atteint son point crucial.

Honduras : décisive journée de lutte contre le coup d’état

lundi 28 septembre 2009, par Francesca Randazzo, Roverto Barra & Lémi

Honduras1-62262 dans Solidarite

Aujourd’hui, lundi 28 septembre, journée plus que déterminante pour l’avenir politique du Honduras. Cela fait désormais trois mois pile-poil que l’ancien président du Congrès Micheletti squatte violemment le pouvoir suite à son Golpe de estado, et la Résistance compte bien faire entendre sa voix. Une journée de mobilisation sans précédent qui pourrait faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre.

[Lire la suite sur article11.]

 

Publié dans Amerique latine, LIBERTES, Solidarite | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy