• Accueil
  • > Politique nationale
  • > 24e suicide à France Télécom : « Il est inacceptable de mourir au travail, de mourir pour le travail. »

24e suicide à France Télécom : « Il est inacceptable de mourir au travail, de mourir pour le travail. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 septembre 2009

Olivier Mayer

24e suicide à France Télécom

Travail . Un salarié de cinquante et un ans a mis fin à ses jours, hier, en Haute-Savoie, en laissant une lettre qui accuse le climat au sein de son entreprise. Les syndicats demandent l’arrêt immédiat des restructurations.

Un homme de cinquante et un ans, employé de France Télécom, s’est suicidé hier matin en se jetant d’un pont sur l’autoroute A41 à Alby-sur-Chéran (Haute-Savoie). Dans sa voiture, il a laissé une lettre d’adieu à son épouse dans laquelle, selon la préfecture de Haute-Savoie, « il explique que c’est le climat au sein de son entreprise qui a rendu propice le passage à l’acte ». C’est le 24e suicide d’un employé de France Télécom depuis février 2008. Ce père de deux enfants travaillait dans le même département que le salarié de France Télécom qui, sous le nom de Dydo 5403, son numéro de code à France Télécom, avait adressé une « lettre ouverte au PDG », qu’avait publiée l’Humanité à sa une, le 15 septembre.

Les syndicats ont immédiatement réagi, dénonçant les conditions de travail dans la centrale d’appels téléphoniques d’Annecy-le-Vieux où il travaillait. « Il avait changé de poste, il y a quelques semaines, passant d’un service technique à ce poste d’accueil commercial », explique Lucien Hislaire, de la CGT des postes et télécommunications de la Haute-Savoie. Le syndicaliste dénonce le « climat délétère » existant dans ces services de France Télécom : « Un climat d’oppression qui règne depuis la privatisation : les restructurations en cascade, la valse des collègues et des services qui ne s’expliquent que par la recherche d’une rentabilité maximale. » Lucien Hislaire rappelle que son syndicat de Haute-Savoie dénonçait, « il y a juste un an, les 13 suicides en 2007 et 2008 chez France Télécom ».

 

« Ce sont les conséquences directes de ce qu’on appelle chez nous les mobilités forcées », renchérit Sébastien Crozier, de la CFE-CGC. Les syndicats révèlent que le salarié qui s’est suicidé hier « avait été signalé à l’entreprise comme une personne en difficulté ».

Le PDG de France Télécom s’est rendu à Annecy dans la journée d’hier. Mais qu’apportera-t-il ? Les syndicats demandent depuis des semaines l’abandon des mobilités forcées et le gel des restructurations. « Nous demandons ces mesures fortes pour mettre un terme à cette spirale de suicides à France Télécom », assure Philippe Méric, de SUD PTT. À la suite de son entrevue avec Xavier Darcos, le 15 septembre dernier, Didier Lombard s’était engagé à – geler les restructurations – jusqu’au 31 octobre. « Sur le – terrain, ce n’est pas ce qui se passe, rapporte Philippe – Méric. On dit aux agents : « On vous change de poste en novembre. » En fait, rien n’a changé. »

Pour la fédération CGT des activités postales et de télécommunications (FAPT), « il est inacceptable de mourir au travail, de mourir pour le travail. Il est urgent de réhumaniser l’entreprise ». La CGT demande de stopper les restructurations et d’abandonner la référence au 31 octobre. Dénonçant les mobilités forcées, la CGT exige que soit mis fin « aux évaluations individuelles et à toutes les procédures visant à surveiller le personnel ». Elle demande que les négociations qui – s’ouvrent sur l’organisation du travail à France Télécom aboutissent « à des mesures concrètes, changeant en – profondeur le quotidien de chaque salarié ».

Olivier Mayer

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy