• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 15 août 2009

Quand la mort frappe au travail

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 août 2009

15 août. Un ouvrier tué, trois autres blessés à Étaples.

12 août. Un ouvrier gravement blessé à Paris.

24 juillet. Chute mortelle d’un couvreur au Havre.

16 juillet. Deux morts à Marseille, sur le chantier du Vélodrome

15 juillet. Deux morts et six blessés sur le site de Total à Carling, en Moselle.

Et la liste est loin d’être exhaustive !

La Fondation Copernic et Michel Bianco – le père de Jérôme Bianco tué en août 2006 – mènent une campagne contre « le travail qui tue en toute impunité ».

Communiqué de la Fondation Copernic

http://www.fondation-copernic.org/

Chaque jour, depuis des dizaines d’années, des salariés meurent deux fois. Leurs familles souffrent deux fois. Ce sont des mots. C’était la vie de Jérôme Bianco. Qui meurt en lavant des vitres. Qui tombe d’une nacelle. Parce que L’Oréal fait des « économies » sur les rambardes de sécurité et utilise un sous-traitant. Lequel, à son tour, fait des économies sur la formation et les équipements de protection. Et puis, là, au Technocentre Renault-Guyancourt, c’est un salarié qui saute du 5ème étage devant ses collègues, victime d’impératifs de productivité intenables, et des harcèlements qui vont avec. Quelques mois après, pour relaxer ses collègues, dans le Hall du Technocentre, un piano convoqué par la direction, jouait de la musique d’ambiance ! Kafka new look version DRH « trop cool ». Pas un jour sans morts au travail (2 quotidiennement). Pas un jour sans cette seconde mort, cette souffrance supplémentaire, inouïe, inacceptable, qu’est ce silence de plomb qui accompagne les morts liées au travail. Et puis, arrivent les réparations judiciaires qui ne réparent rien : du sursis pour les entreprises, des amendes dérisoires pour une vie…bref le laissez-faire et le mépris ; les sous-traitants pour remparts aux donneurs d’ordre. Et encore. A condition que l’affaire aille aux tribunaux, et que les pressions d’entreprise ne découragent pas les familles. Silence, on tue. Circulez, rien à voir, nul n’est responsable, personne n’est coupable (à moins que ce ne soit le salarié décédé…). Cela suffit !

Deux morts par jour d’accidents du travail, deux suicides par jour liés au travail, cela suffit ! Huit morts par jour d’exposition à l’amiante, et combien, aujourd’hui même, d’exposés aux radiations dissimulées dans les centrales nucléaires. Les peintures cancérigènes, les sans-papiers « corvéables à merci » dans le BTP ou l’agriculture, cela suffit. Et cette impunité systématique des entreprises…quand piétiner la pelouse de Christian Clavier, en Corse, mobilise l’État.

Travailler tue, en toute impunité. Mais le silence – qui rend ce scandale possible – est aussi notre faute : nous n’avons pas pu, nous n’avons pas su, nous n’avons pas encore (sauf pour l’amiante) créé le rapport de force qui rende ce silence impossible. Et c’est maintenant, précisément, ce que nous avons à faire : fabriquer la force du nombre qui bouscule le silence et oblige la loi à changer ou à être appliquée.

Signer la pétition

Travailler tue en toute impunité : pour combien de temps encore ?

 

Voir également l’article de Gérad Filoche : MÉTRO, BOULOT, TOMBEAU publié dans Siné Hebdo n°49

Extraits

« Selon le Bilan annuel sur les conditions de travail, paru en juin 2009, le nombre d’accidents du travail mortels dans le privé a augmenté de 16 % en 2007. Depuis deux ans, il y a deux morts par jour au travail : 622 décès en 2007 contre 537 en 2006. Dans le seul secteur privé, il y a 720 150 accidents du travail avec arrêt par an ; 39,4 accidents pour 1 000 salariés ; 184 tués en 2007 dans le seul secteur du bâtiment. »

[Mais ces chiffres sont en deçà de la réalité car bien souvent ]« l’accident est dissimulé, comme l’a montré une enquête de l’inspection du travail à Renault-Cléon, qui évoque « un système organisé de pressions visant à ce que les salariés victimes d’accidents du travail, auxquels un arrêt de travail a été prescrit, renoncent à prendre tout ou partie de l’arrêt de travail ».

« Darcos veut « tirer les enseignements » ?

Les solutions sont simples : renforcer le Code du travail au lieu de le détruire [...], doubler les effectifs de l’inspection du travail, augmenter les sanctions pénnales dès que la responsabilité de l’employeur est engagée, imposer que le donneur d’ordre soit systématiquement visé… »

Voir le Blog de Gérad Filoche

Blog de Siné Hebdo

Publié dans Politique nationale, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

RETRAITES DROITS DES MÈRES DE FAMILLE : HOLD-UP SARKOZIEN ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 août 2009

 

 Article de Bernard LAMIRAND

http://ber60.over-blog.com/

LA DROITE VEUT SUBTILISER LES DROITS À LA RETRAITE

DES MÈRES DE FAMILLE

 

  Il y a une histoire concernant les femmes et leurs droits à la retraite.

L’ordonnance n° 45-2454 du 19 OCTOBRE 1945 avait tout de suite prévu, dés l’instauration de la Sécurité Sociale, un droit à bonification.

Ce droit représentait une bonification d’un dixième pour tout assuré de l’un ou l’autre sexe, ayant eu au moins trois enfants.

Ce droit a ensuite évolué pour être consacré aux mères de famille. Jusqu’à présent, les femmes salariées du privé se voient créditer de deux ans de cotisations retraite par enfant élevé.

Le gouvernement antisocial de Sarkozy veut mettre un terme à cet acquis des femmes lié à leur maternité.

Un acquis qui provient de ce que nos anciens ont obtenu en 1945 et que dénonce régulièrement le patronat français qui avait collaboré avec l’ennemi Nazi et était discrédité pour relever la France à cette époque.

Ce patronat n’a jamais digéré cette conquête sociale et la dernière saillie nous provient de Denis Kessler, gros assureur, ancien vice président du MEDEF, et qui demandait purement et simplement d’en finir avec la sécurité sociale de la libération faisant partie du compromis entre les communistes et les gaullistes.

En le remettant en cause, le gouvernement soutirerait aux futures retraitées plusieurs milliards d’euros.

Cela fait partie de cette stratégie de miner l’ensemble de la protection sociale au plus grand profit du patronat.

 

Lire la suite… »

Publié dans Politique nationale, PRECARITE, RETRAITES, SOCIETE | Pas de Commentaire »

La nouvelle Galerie de l’Art et de la Paix est en ligne !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 août 2009

http://www.artetpaix.com/

Des oeuvres d’art qui soutiennent les actions pour la paix : estampes, affiches, cartes postales, reproductions de PEF…

La nouvelle Galerie de l'Art et de la Paix est en ligne ! dans Culture LogoSite640

 


Publié dans Culture, INFOS | Pas de Commentaire »

A propos d’une journée de commémoration décidée par le Parlement européen…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 août 2009

UN AMALGAME PORTEUR DE TRAGÉDIES

Article publié dans LIBERTÉ – HEBDO – du 14 au 20 août 2009

 Par Pierre Outteryck, agrégé d’histoire

 

Le 23 septembre 2008, le Parlement Européen a voté une déclaration faisant du 23 août “une journée européenne de commémoration des victimes du stalinisme et du nazisme”. Ainsi, les députés socialistes, Catherine Trautmann et Vincent Peillon, les verts, Daniel Cohn-Bendit et Hélène Flautre, les députés libéraux et conservateurs tels François Bayrou et Pierre Lellouche ont mêlé leurs voix avec les élus du Front National, Le Pen, Lang et Gollnisch… La date du 23 août n’a pas été choisie au hasard. Elle rappelle le pacte germano-soviétique signé le 23 août 1939 entre l’Allemagne hitlérienne et l’Union Soviétique.

Choix mûrement réfléchi des parlementaires européens mais mémoire particulièrement sélective !

Le pacte de non-agression germano-soviétique, qui permettait à l’URSS d’éloigner momentanément une guerre à laquelle elle n’était pas préparée, était la réponse par les Soviétiques au traité de Munich du 30 septembre 1938. Ce jour-là, les gouvernements français et britannique signaient un traité permettant à Hitler de dépecer la Tchécoslovaquie dont le premier ministre n’avait pas participé aux négociations !

Quelques semaines plus tard, le ministre français de l’Éducation, Jean Zay, était écarté d’une rencontre officielle réunissant le gouvernement français et le ministre des Affaires étrangères nazi, Ribbentrop. Jean Zay était Juif, sa présence déplaisait aux dignitaires du IIIème Reich. D’octobre à juin 1939, une délégation militaire franco-britannique partira à Moscou discuter avec les autorités soviétiques ; cette délégation n’a aucun pouvoir : son seul objectif est de lanterner les “autorités” soviétiques.

En septembre 1939, La France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l’Allemagne nazie ; les armées alliées demeurent sur la frontière sans déclencher la moindre offensive contre le IIIème Reich, laissant l’Allemagne écraser la Pologne.

De septembre 1939 à mai 1940, les états-majors français et britanniques, comme l’a démontré dans son ouvrage l’historien Bédarida, préférèrent préparer des offensives contre l’Union Soviétique plutôt que de mener la guerre contre l’Allemagne : début mai 1940, les armées allemandes déferleront sur la France !

 

Lire la suite… »

Publié dans EUROPE, HISTOIRE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Pas de repreneur pour la Manufacture française de sièges : 352 licenciements !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 août 2009

LE TRAVAILLEUR PICARD

12 août 2009

La Manufacture française de sièges à Berteaucourt-les-Dames dans la Somme, en liquidation judiciaire depuis fin juillet, qui pouvait poursuivre son activité jusqu’à mardi, n’a pas trouvé de repreneur et ses 352 salariés vont être licenciés, a annoncé mercredi la CFDT. La dernière réunion du Comité d’entreprise concernant les modalités des licenciements qui touchent la totalité du personnel s’est tenue mercredi.

« Aucun repreneur ne s’est présenté », a dit José Matos, délégué CFDT, qui espère toujours l’arrivée d’un repreneur dans le cadre de la liquidation. Il a affirmé que les salariés allaient continuer à se battre, notamment en poursuivant l’occupation de l’usine, qui a commencé le 8 juillet, « pour protéger l’outil de travail« . « Les lettres de licenciement vont partir dans les 24 heures », a déclaré à l’AFP l’avocat des salariés, Me Fiodor Rilov.

L’entreprise, spécialisée dans la fabrication de sièges et de canapés, a été victime d’un « effondrement des ventes lié à la crise et aux délocalisations », selon le PDG de l’entreprise, Jean-Claude Benedetti.

Les salariés « vont être licenciés par un liquidateur avec des mesures d’accompagnement extrêmement réduites, quasiment aucune possibilité de reclassement », selon Me Rilov. Il souligne la responsabilité du groupe Parisot, propriétaire du site jusqu’à son externalisation en 2007. « Le projet de reprise de cette société s’est terminée en déconfiture », a-t-il dit.

L’entreprise Parisot sièges International, devenue la Manufacture française de sièges, avait connu en 2006 un redressement judiciaire suivi d’une lourde restructuration qui avait entraîné 216 suppressions d’emplois sur 636. En 2007, elle avait été reprise par une dizaine de cadres avec M. Benedetti à sa tête.

 

Publié dans ECONOMIE, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy