Communiqués de presse de la FSU

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 juin 2009

FSU (Fédération Syndicale Unitaire)

Disparition non seulement du secrétaire d’État à la Fonction Publique mais du secrétariat d’État lui-même

Communiqué FSU
Les Lilas, le 24 Juin 2009

Le remaniement ministériel a eu pour conséquence la disparition non seulement du secrétaire d’État à la Fonction Publique mais du secrétariat d’État lui-même : Eric Woerth est désormais seul en charge du Budget, des Comptes publics, de la Fonction Publique et de la réforme de l’État. Cette décision passée quasi inaperçue est une première depuis des dizaines d’années : désormais les fonctionnaires n’auront plus comme interlocuteur un ministre ou un secrétaire d’État en charge exclusive de la Fonction Publique.

Même si elle ne fait que confirmer un effacement du secrétariat d’État que chacun avait pu constater dans les faits ces derniers mois elle implique une conception dangereuse de l’organisation de l’État où les valeurs et les principes de la fonction publique ne seront plus portés par un ministre spécifique mais risquent d’être subordonnés uniquement aux choix budgétaires.

Dans une période où la Fonction publique est attaquée de toutes parts dans ses fondements mêmes, la FSU exprime sa plus vive inquiétude face à la situation ainsi créée en catimini.

16000 suppressions d’emplois au Budget 2010 ?

La FSU demande d’autres arbitrages

Communiqué FSU
Les Lilas, le 24 juin 2009

La nomination d’un nouveau ministre à l’Éducation Nationale coïncide avec l’annonce par son prédécesseur de 16000 suppressions d’emplois au Budget 2010. Cette annonce augure mal du mandat du nouveau ministre si ces suppressions étaient confirmées.

Celles-ci, d’un niveau jamais atteint, s’ajoutent aux dizaines de milliers de suppressions de ces dernières années et aux dégradations qu’elles ont engendrées et recouvrent des réalités différentes mais tout aussi graves.

 

La saignée continue pour les postes administratifs, mettant en cause la capacité des services à répondre aux besoins des familles, des élèves et des personnels.

Pour les enseignants les suppressions concernent les emplois de stagiaires. D’une part elles conduisent en tout état de cause à des suppressions importantes de moyens sur le terrain et d’autre part elles confirment les analyses de la FSU sur une réforme de la formation des enseignants marquée d’abord par le souci d’économies budgétaires qui se traduiront par une dégradation considérable de la formation initiale des nouveaux enseignants ainsi que de la formation continue : un pari dangereux pour une formation de qualité et pour l’avenir du système éducatif.

Par ailleurs les chiffres annoncés par le ministère mettent en évidence que l’enseignement privé aurait, pour la seconde année consécutive, des suppressions d’emplois nettement inférieures à 20% de celles du public remettant en cause l’équilibre indispensable au maintien de la « paix scolaire »

La FSU attend du nouveau ministre qu’il agisse pour que d’autres arbitrages interviennent. Elle renouvelle sa demande que soit abandonné le projet actuel sur la formation et le recrutement des enseignants, et qu’il soit procédé à une remise à plat au profit d’une tout autre réforme, ce qui exclut tout passage en force et implique la non publication des décrets et des réponses aux exigences que la FSU a formulées dans un récent courrier au précédent ministre.

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy