• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 18 juin 2009

Nous avons besoin de l’Humanité, l’Humanité a besoin de nous

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 juin 2009

Souscription

Soutien à l’Humanité

Nous relançons la souscription, vos dons seront défiscalisés
Par Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité.

À partir d’aujourd’hui, les lectrices et lecteurs de l’Humanité et de l’Humanité Dimanche qui feront un don à leurs journaux bénéficieront d’une déduction fiscale de 66 % du montant de ce don. Chaque donateur qui versera 100 euros se verra donc rembourser 66 euros, s’il est assujetti à l’impôt sur le revenu.

Ainsi, un combat que nous menons depuis des années vient de trouver un débouché positif. Nous l’avions officialisé le 10 janvier 2004, dans une lettre adressée au président de la République de l’époque, M. Jacques Chirac. Nous lui proposions alors de « permettre des déductions fiscales aux lectrices et lecteurs qui, comme celles et ceux de l’Humanité, participent à des souscriptions pour équilibrer le budget des journaux ».

Après les états généraux de la presse écrite, que nous avions d’ailleurs réclamés dans cette même lettre, cette proposition devient réalité. Elle va se concrétiser avec l’engagement de l’association Presse et Pluralisme, en lien avec la Caisse des dépôts et consignations.

Suite de l’article : ICI

 

http://www.humanite.fr/IMG/jpg/Bulletin_de_souscription.jpg
Pour télécharger ce bulletin

cliquez sur la vignette

Image JPEG - 124.9 ko

 

Publié dans INFOS, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

Industrie pharmaceutique : la face cachée du secteur

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 juin 2009

l’Humanité.frAlexandra Chaignon 

Le profit plutôt que la vie

Industrie pharmaceutique. Les laboratoires ne connaissent pas la crise conjoncturelle. Ce qui ne les empêche pas de restructurer massivement leurs unités, au détriment des salariés et de la santé publique. Grippe porcine : les bonnes affaires des laboratoires entre le Tamiflu et la course au vaccin, à lire dans l’Humanité de vendredi.

 

Salarié de l’usine de production pharmaceutique 3M de Pithiviers (Loiret), Jean-François Caparros se caractérise lui-même comme le « témoin de la mutation du secteur » : il fait en effet partie de la charrette de 110 personnes « sacrifiées pour que les actionnaires puissent toucher leur argent ». Car ce conglomérat américain se porte plutôt bien. Sur l’année 2008, l’activité santé du groupe s’est envolée de 8,2 %. C’est à l’image du secteur, seule industrie à ne pas connaître la crise. En témoignent les bénéfices engrangés par les principales firmes pharmaceutiques : 17 milliards d’euros pour l’américain Pfizer, 7 milliards pour le français Sanofi-Aventis, 5 milliards pour le britannique GlaxoSmithKline… Une industrie « florissante » et « lucrative », de l’avis des syndicats. Mais qui, selon les entreprises, enregistre « une faible croissance », due aux « mutations structurelles du secteur » : développement des médicaments génériques, ralentissements des « blockbusters » – ces médicaments qui assurent plus d’un milliard de revenus, mais dont les ventes chutent brutalement à l’expiration du brevet -, concurrence des pays émergents, émergence des biotechnologies… Ce que les entreprises oublient de signaler, c’est que, « pour assurer la poursuite de la rémunération aux actionnaires, les mesures de réduction des coûts s’intensifient avec un impact social majeur », comme le souligne Isabelle Freret, secrétaire générale de la CFE-CGC chimie, lors d’une intersyndicale CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC et UNSA, réunie pour dénoncer la face cachée du secteur.

Suite de l’article : ICI

 

Publié dans ECONOMIE, SANTE, Syndicats | Pas de Commentaire »

D’après Laurence Parisot, les Français vivent en moyenne près de 90 ans !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 juin 2009

Ce matin, sur Europe1

Laurence Parisot veut faire passer la retraite à 63 ans et demi à partir de 2012. Et pour faire passer la pilule,  elle n’est pas à cours d’argument !

« N’oublions pas qu’aujourd’hui, quand on prend sa retraite, c’est une retraite pour vingt-cinq ans voire trente ans. Quand on prenait sa retraite dans les années 1960 ou 1970, c’était une retraite pour dix ans. »

63 + 30 = 93 !

Les ouvriers dont l’espérance de vie est, en moyenne, inférieure de 7 ans à celle des cadres apprécieront !

http://www.dailymotion.com/video/x9lv3a

 

Lire l’article :

Ouvriers : une espérance de vie plus courte, des « incapacités » plus longues (22/01/2008)

Ouvrier

Les ouvriers conjuguent une espérance de vie plus courte que les autres catégories professionnelles et des périodes dites d’ « incapacité« , marquées par des gênes physiques, plus longues, selon une étude présentée mardi par l’Institut national d’études démographiques (Ined).

La suite : ICI

 

Publié dans RETRAITES, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Chômage : La privatisation s’accélère à Pôle Emploi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 juin 2009

Fanny Doumayrou

Pôle emploi : le privé entre par la grande porte

Sous couvert d’un plan d’urgence face à l’afflux de chômeurs, le service public de l’emploi amplifie son recours à la sous-traitance et aux opérateurs privés de placement. Gros plan sur ces « majors » de l’intérim qui risquent de se tailler la part du lion, à lire dans l’Humanité de jeudi.

« Pour des populations comparables, les résultats sont identiques entre l’ANPE et le privé, mais pour un coût trois fois plus faible à l’ANPE. On peut être public et efficace ! » C’est un certain Christian Charpy qui, en septembre 2006, vantait ainsi vaillamment les mérites du public face aux premiers assauts de la concurrence privée. À l’époque, le haut fonctionnaire est à la tête de l’ANPE et se doit de défendre un minimum la boutique. Aujourd’hui, le même dirige Pôle emploi, organisme issu de la fusion ANPE-Assedic, au statut juridique encore non identifié, mais dont l’esprit et les objectifs penchent nettement vers le privé. Et, fin mars, il déclarait que « les opérateurs privés de placement ne sont pas un sujet tabou au sein de Pôle emploi ». L’heure n’est plus à défendre le service public, mais à organiser sa privatisation, par le biais de deux moyens : d’un côté, la commande, à des organismes privés, de « prestations » ponctuelles comme les ateliers, bilans de compétences et stages d’appui à la recherche d’emploi ; de l’autre, l’externalisation complète, vers des opérateurs privés de placement (OPP), du suivi de demandeurs d’emploi, dès leur inscription au chômage. Phénomènes distincts, mais qui prennent tous deux de l’ampleur.

Suite de l’article : ICI

 

Publié dans ECONOMIE, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy