Dimanche, dans l’isoloir, pensez aussi à la paix !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 juin 2009

l’Humanité – 5 juin 2009

Francis Wurtz

Député européen du Groupe de la Gauche Unitaire Européenne (GUE)

Une guerre pour « protéger nos intérêts » ?!

« L’Europe doit être prête à la guerre »  ; « les guerres sont partie intégrante de la politique internationale et de la nature humaine » ; « l’Union[européenne] doit se réveiller pour défendre son modèle et ses valeurs » ; « l’Union doit affirmer qu’une guerre pourrait être nécessaire pour protéger notre idéal et nos intérêts communs » ; « elle doit développer sa politique de défense, non seulement pour se préparer au pire – c’est-à-dire à la guerre -, mais aussi pour s’engager dans un nouveau projet catalyseur »

Voilà le genre de propos qu’on pouvait lire en début de semaine sous la plume d’un « expert » européen en « gouvernance mondiale » dans un grand quotidien français, sans susciter de réaction. Le même éminent spécialiste a défendu la même thèse dans un récent documentaire télévisé sur l’Europe, là encore sans susciter la moindre controverse. S’agirait-il d’une nouvelle référence en la matière ?

A la veille des cérémonies de l’anniversaire du Débarquement, on peut se poser la question : certains espèrent-ils instrumentaliser ce symbole de mobilisation pour la paix pour justifier dans un contexte radicalement différent, la banalisation de la guerre ?

Un retour sur deux textes européens essentiels – l’un officiel, l’autre aspirant à le devenir – s’impose à ce propos.

Le premier est celui de la « Doctrine stratégique européenne », élaborée en juin 2003, à la veille d’un sommet Union européenne-États-Unis. Georges W. Bush venait d’envahir l’Irak, illustrant ainsi sa théorie de la « guerre préventive ». Ce texte est toujours en vigueur et a même été confirmé… sous la présidence française. On peut y lire des formulations suggestives telles que « un engagement préventif (sic) peut permettre d’éviter que des problèmes ne se présentent dans l’avenir » ; « nous devons développer une culture stratégique propre à favoriser des interventions précoces, rapides, et, si nécessaire, vigoureuses » ; ou encore ce must : «  »En oeuvrant de concert, Union européenne et Etats-Unis peuvent constituer une formidable force au service  du bien dans le monde. » (Nous sommes en 2003, sous le règne de Bush !)

Le second texte n’est autre que le traité de Lisbonne, dont la nouveauté par rapport aux traités actuels, dans le sens d’une militarisation de l’Union européenne, est flagrante et devrait pleinement satisfaire notre « expert » en treillis. Un article, parmi beaucoup d’autres, est, à lui seul, parlant à ce propos (article 42) : « Le Conseil peut confier la réalisation d’une mission dans le cadre de l’Union à un groupe d’États membres afin de préserver les valeurs de l’Union et de servir ses intérêts. (…) Les États qui remplissent des critères plus élevés de capacités militaires et qui ont souscrit des engagements plus contraignants en la matière en vue des missions les plus exigeantes établissent une coopération strcturelle permanente dans le cadre de l’Union »… Sans commentaire.

Dimanche, dans l’isoloir, pensez (aussi) à notre bien le plus cher : la paix.

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy