• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 11 mai 2009

Jérôme Bourreau-Guggenheim, licencié par TF1 pour un mail contre la loi Hadopi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mai 2009

Publié

« Panafieu, Albanel, TF1 :

la bonne, la brute et… le Bourreau »


Jérôme Bourreau-Guggenheim. Un salarié de TF1 licencié pour cause de désaccord politique, ça fait tâche. Surtout quand la chaîne de transmission est actionnée par le pouvoir politique. Résultat ? Une suspension temporaire pour une série impressionnante de boulettes… anticonstitutionnelles. 

Panafieu, Albanel, TF1 : la bonne, la brute et... le Bourreau

Jérôme Bourreau-Guggenheim, responsable du pôle innovation web de TF1, a été licencié par son employeur pour avoir envoyé un email anti-Hadopi à sa députée (UMP) Françoise de Panafieu. Cette dernière n’a pas tergiversé très longtemps, transférant rapido le courriel en question au cabinet du Ministère de la Culture « pour obtenir un argumentaire« . Ni Une, ni deux, les sbires de Christine Albanel ont « le même jour » réexpédié le bousin à la direction de la chaîne. D’où ce licenciement boomerang. Dimanche, le ministère de la Culture et de la Communication (faut-il le préciser) a annoncé avoir refusé la démission du fautif, Christophe Tardieu, directeur adjoint de son cabinet. Celui-ci sera tout de même suspendu un mois. De quoi se ressourcer. Fin de l’histoire… ou pas

HADOPI Email Albanel TF1Lacombe – Au pied ! Le Journal de clébard.

Lire la suite sur :

http://www.lesmotsontunsens.com/panafieu-albanel-tf1-bonne-brute-bourreau-4452

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans LIBERTES, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Censure : Sur Wikipedia, le ministère de la Culture réécrit « Hadopi »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mai 2009

Publié sur Marianne2.fr

Comment Albanel «arrange» Hadopi dans Wikipedia

Sylvain Lapoix | Lundi 11 Mai 2009

Sur Internet, Wikipedia reste une référence… une bonne raison pour attirer les correcteurs du ministère de la Culture qui ont lourdement rectifié l’article Hadopi ! Démonstration, copie écran à l’appuie, sur le blog Benjamin Ferran, de l’Expansion.

 

La Censure, par Georges Lafosse, 1874 (photo : domaine public)La Censure, par Georges Lafosse, 1874 (photo : domaine public)

L’article «  Loi Hadopi» de Wikipedia  » est consulté chaque jour plus de 2000 fois et a enregistré le 9 avril, lors du rejet surprise en première lecture à l’Assemblée, un pic de 17.000 visites. La tentation doit être grande, au ministère, d’y apporter quelques retouches pour mieux coller avec la ligne officielle.

Cela n’a pas raté. Le 14 février, un émissaire de la rue de Valois a nettoyé la fiche Hadopi pour la rendre plus présentable au commun des internautes, comme le prouve l’adresse IP laissée derrière lui (proxy-valois.culture.fr). Objet de cette descente, ciseaux en main, les paragraphes consacrés à l’amendement 138, ce texte proposé par l’eurodéputé socialiste Guy Bono qui contrarie fâcheusement la riposte graduée imaginée par la France.

Lire la suite sur tech/note, blog de spicilège technologiques et médiatiques de Benjamin Ferran, journaliste à l’Expansion.

Publié dans LIBERTES, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Loi « Hadopi » : menaces sur les libertés fondamentales

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mai 2009

Libertés

Communiqué LDH

http://www.ldh-france.org/

La LDH dénonce les menaces d’atteintes aux libertés fondamentales contenues dans le projet de loi « création et Internet » (dite « Hadopi »), qui doit être voté aujourd’hui à l’Assemblée nationale.

La LDH dénonce les menaces d’atteintes aux libertés fondamentales contenues dans le projet de loi « création et Internet ».

Les œuvres de l’esprit doivent être protégées contre leur diffusion sans autorisation, sur internet comme sur tout média.

Le droit d’auteur est un droit de l’Homme, et la DUDH a su créer un équilibre entre la protection des auteurs et le droit du public à accéder à la culture (article 27).

Cet équilibre est menacé par le projet de loi « création et Internet » qui doit être voté aujourd’hui à l’Assemblée nationale, car celui-ci contient des dispositions qui menacent les libertés fondamentales, comme la suspension par une autorité administrative de l’accès à Internet, hors du contrôle du juge judiciaire, gardien des libertés fondamentales.

La « riposte graduée » a été critiquée par le Contrôleur européen de la protection des données, préconisant le recours au juge plutôt qu’à la sanction administrative.

C’est aussi le point de vue de la Commission européenne, qui a fait savoir au gouvernement français en novembre 2008 que le projet notifié n’était pas compatible avec la directive 2002/22/CE du Parlement européen et du Conseil du 7 mars 2002 concernant le service universel et les droits des utilisateurs au regard des réseaux et services de communications électroniques (directive « service universel ») qui garantit un ensemble minimal de services, y compris un accès fonctionnel à Internet, un raccordement en position déterminée au réseau téléphonique public. Cela concerne non seulement les appels téléphoniques mais aussi les communications de données, à des débits suffisants pour permettre un accès fonctionnel à Internet. La Commission prône d’abandonner la suspension de l’accès pour le passage en bas débit, pour que l’internaute puisse conserver la messagerie. Elle note que l’internaute, contrairement à ce que dit le gouvernement français, sera soumis à une double peine, pénale et administrative : la suspension de la connexion n’est donc pas instaurée en lieu et place de la pénalisation.

Enfin, le Parlement européen a adopté le 6 mai dernier une disposition avec laquelle le projet de loi est en contradiction : « aucune restriction ne peut être imposée aux droits et libertés fondamentaux des utilisateurs finaux sans décision préalable des autorités judiciaires ».

Le projet de loi qui doit être voté aujourd’hui s’exposerait donc, s’il était adopté, à de nombreuses critiques : cumul de sanctions, suppression d’Internet et de la messagerie hors contrôle du juge, fichage des internautes, surveillance de et par les fournisseurs d’accès, sanction collective (la connexion Internet bénéficie le plus souvent à un foyer) en opposition avec le principe de la sanction d’un auteur identifié…

Le gouvernement français a choisi ainsi le meilleur moyen de rendre le droit d’auteur impopulaire, en France et en Europe.

Paris, le 11 mai 2009

 

Publié dans LIBERTES, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Partage des bénéfices : au mieux une chimère, au pire une menace pour les salariés

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mai 2009

Publié sur Alternatives économiques

Partage des bénéfices : la grande illusion

 

Le rapport Cotis sur le partage de la valeur ajoutée doit être remis au président de la République, mercredi 13 mai. Nicolas Sarkozy avait plaidé pour une répartition des bénéfices en trois tiers entre salariés, actionnaires et entreprise. Mais cette proposition est au mieux une chimère, au pire une menace pour les salariés.

Comment faire quand on a été élu sur le thème du pouvoir d’achat et qu’on se retrouve confronté à une crise économique grave qui le plombe ? Et qu’on a de plus beaucoup vilipendé banquiers et grands patrons, alors qu’on n’est pas du tout décidé à augmenter les impôts des plus riches ou à prendre des mesures contraignantes pour limiter leurs revenus ? On se rabat sur le discours gaulliste sur la « participation ». C’est ce qu’a fait Nicolas Sarkozy le 5 février dernier en proposant en particulier une nouvelle règle pour le partage des bénéfices des entreprises: un tiers pour les actionnaires, un tiers pour les salariés, un tiers pour l’entreprise.

A défaut d’augmenter tout de suite le pouvoir d’achat des salariés, on leur fait ainsi miroiter qu’ils profiteront demain à plein de la reprise tout en légitimant le fait que les grands patrons continuent à recevoir en masse stock-options et autres bonus puisque tous les salariés bénéficieront, eux aussi, de mécanismes du même genre. Malin, non ?

 

Les bénéfices après impôts et leur répartition dans les sociétés non financières en 2006, en milliards d’euros et en % du total

Partage des bénéfices : au mieux une chimère, au pire une menace pour les salariés dans ECONOMIE

Lire la suite sur :

http://www.alternatives-economiques.fr/partage-des-benefices—la-grande-illusion_fr_art_834_42796.html

A lire également l’article de Ronald Janssen :

Flexibles, mais pas protégés

Les entreprises européennes ont déjà atteint l’objectif de « licenciement facile » auquel elles tiennent tant.

 

Communiqué de la Cgt au sujet du projet de rapport Cotis

Partage de la valeur ajoutée

Les salariés ont besoin de réponses concrètes

mercredi 6 mai 2009

Le projet de rapport Cotis actuellement en cours de finalisation suscite déjà des commentaires. C’est pourquoi la CGT estime nécessaire de formuler dès maintenant ses premières appréciations.

Le projet de rapport représente un travail statistique important. Cela ne constitue pas pour autant un « diagnostic partagé ».

 

Lire la suite… »

Publié dans ECONOMIE, Politique nationale, PRECARITE, Syndicats | Pas de Commentaire »

Liberté de la presse : Médiapart poursuivi en diffamation

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mai 2009

Publié sur l’Humanité.fr

Pétition de soutien à Mediapart, poursuivi en diffamation

Une pétition de soutien au site d’informations en ligne Mediapart, poursuivi en diffamation par François Pérol et les Caisses d’épargne, a été signée par 77 personnalités politiques et culturelles, a rapporté Mediapart lundi.

Parmi les politiques ont signé notamment Martine Aubry (PS), Ségolène Royal (PS), Olivier Besancenot NPA), Daniel Cohn-Bendit (Verts), François Bayrou (Modem), Marie-George Buffet (PCF) ou encore Laurent Fabius (PS).

Côté culture le texte à été signé par la comédienne Anouk Grinberg, le philosophe Régis Debray ou l’éditeur François Gèze.

Le président de Mediapart, Edwy Plenel, et le journaliste Laurent Mauduit sont convoqués devant le tribunal correctionnel de Paris le 12 mai « à la demande de François Pérol qui poursuit Mediapart en diffamation pour avoir affirmé que sa nomination » à la tête des Caisses d’épargne et des Banques populaires « était entachée d’illégalité », selon le site.

Le 26 mai, MM. Plenel et Mauduit doivent ensuite être entendus par la même juridiction pour répondre de « dix plaintes déposées l’an passé par l’ancienne direction des Caisses d’épargne ».

L’annonce au début de l’année du choix de François Pérol, ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée et proche du président de la république, pour prendre la tête des banques populaires avait soulevé un tollé dans l’opposition.

Pour les signataires de l’appel, « Mediapart a rempli sa mission, celle d’une information libre et honnête à propos d’un sujet relevant de l’intérêt général ».

Ils « s’indignent que François Pérol, au travers de ces onze plaintes, cherche à intimider ou à faire taire le journal » et « rappellent avec force que la liberté de la presse est une liberté fondamentale dans une démocratie, comme l’énonce régulièrement la Cour européenne des droits de l’homme ».

Pour signer la pétition :

http://www.mediapart.fr/club/blog/la-redaction-mediapart/040509/affaire-perol-caisses-d-epargne-soutenez-mediapart (tout en bas du texte)

Publié dans LIBERTES, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Ensemble, la loi « Hôpital, Patients, Santé, Territoires » peut être battue

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mai 2009

Publié sur pcf :

Ensemble, la loi « Hôpital, Patients, Santé, Territoires » peut être battue  dans SANTE arton3705-125f7

 

A l’occasion de l’ouverture du débat au Sénat de la Loi « Hopital, Patients, Santé, Territoires », le Parti Communiste Français réaffirme son opposition à cette conception de la santé.

Devant la levée de boucliers et le formidable mouvement social contre le projet de loi du Gouvernement, la majorité UMP du Sénat a opéré un recul de forme, mais les objectifs initiaux, voulus par le Président de la République, restent les mêmes

En effet, si certains amendements adoptés en commission ont pu apporter des éclaircissements, voire renforcer partiellement le rôle des commissions médicales d’établissements, l’esprit de ce projet de loi demeure identique. La privatisation du service public hospitalier par pan entier est toujours d’actualité. Les principaux reculs vont dans le sens des demandes du monde libéral.

Le 14 mai, sera l’occasion une fois de plus d’exprimer ensemble que nous voulons battre cette Loi et exiger tout de suite les moyens d’une autre politique de santé.

La logique de mise en concurrence chère à l’Europe actuelle est au cœur de ce projet de loi. Il est temps d’imposer une autre conception de l’Europe sociale et solidaire lors des élections du 7 juin comme le proposent les listes du Front de Gauche.

En attendant, le Parti Communiste renouvelle son soutien à toutes celles et ceux qui luttent pour le retrait de cette loi et se félicite de la décision du groupe des Sénateurs Communistes, Républicains, Citoyens et des Sénateurs du parti de gauche de voter contre ce projet. Plus que jamais, nous sommes pour une « sécurité sociale pour tous » comme en 1945 et un projet de santé solidaire et progressiste !

Parti communiste français

Paris, le 11 mai 2009.

 

Assurance maladie

Communiqué de la Cgt

jeudi 7 mai 2009

 

Nouvelle réduction des droits dangereuse pour la santé publique

La CGT dénonce fermement l’opération en cours de réduction des droits des assurés sociaux qui, si elle est menée à terme, se traduira par l’exclusion de l’Assurance maladie de plus de 2,5 millions d’assurés sociaux. Un décret de 2007, sous l’alibi de lutter contre les fraudes, est revenu sur la durée des droits des assurés sociaux, réduisant le maintien des droits de 4 ans à 1 an.

 

Lire la suite… »

Publié dans SANTE, SERVICES PUBLICS, SOCIETE | Pas de Commentaire »

L’Anafé dénonce l’inhumanité en zone d’attente de Roissy

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mai 2009

Anafé : association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers

http://www.anafe.org/index.php

Nouveau rapport de l’Anafé

Inhumanité en zone d’attente

Observations et interventions de l’Anafé en zone d’attente de Roissy


6 mai 2009

Alors que le Parlement débat de la situation aux frontières, l’Anafé fait le point sur ses observations faites au long de l’année 2008 sur la situation des étrangers qui se présentent à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle et sont maintenus dans la zone d’attente pendant une durée maximum de vingt jours.

L'Anafé dénonce l'inhumanité en zone d'attente de Roissy dans LIBERTES couv-bilan

En 2008, l’Anafé a encore recueilli un nombre important de témoignages concordants : trop souvent, les droits ne sont pas notifiés aux personnes maintenues.

Pourtant, tout étranger maintenu en zone d’attente, qu’il soit non-admis, en transit interrompu ou demandeur d’asile, doit se voir reconnaître des droits (avertir ou faire avertir la personne chez laquelle il a indiqué qu’il devait se rendre, son consulat ou le conseil de son choix ; refuser d’être rapatrié avant l’expiration du délai d’un jour franc ; bénéficier de l’assistance d’un interprète et d’un médecin ; communiquer avec un conseil ; quitter à tout moment la zone d’attente pour toute destination située hors de France). Ces droits doivent lui être notifiés par la police aux frontières.

La seule présence d’associations dans le lieu d’hébergement dénommé ZAPI 3 n’est pas une garantie suffisante pour que les étrangers exercent pleinement leurs droits.
Les phases de notification des droits et de refoulement par la force se déroulent en effet le plus souvent dans les postes de police des aérogares, en l’absence de toute présence associative.

En outre, l’étranger, maintenu en zone d’attente « le temps strictement nécessaire à son départ », est dans une constante situation d’attente : attente que la PAF examine le dossier, attente de la prochaine présentation devant le juge, attente pendant la procédure d’asile à la frontière mais, surtout, attente d’une tentative d’embarquement qui peut survenir à tout moment. Le fait d’être dans un lieu d’enfermement dont l’issue est incertaine ne fait qu’accentuer leur angoisse, d’autant que bon nombre ne comprennent pas, parce que mal informés, la procédure qui leur est appliquée.

Les étrangers ne peuvent en général pas bénéficier d’une réelle assistance juridique, c’est pourquoi l’Anafé revendique la mise en place d’une permanence d’avocats en zone d’attente. Les étrangers se trouvent en effet dans des situations inégales puisque pour des motifs de placement en zone d’attente identiques, l’issue de leur procédure sera différente selon les interventions qui auront pu être faites (si la personne a pu se faire ou non assister de l’Anafé ou d’un avocat choisi) et selon la pratique de la police aux frontières.

Lorsque les intervenants de l’Anafé sont confrontés à des demandeurs d’asile dont les droits sont bafoués, à des personnes malades qui ne reçoivent pas les traitements adéquats, à des personnes ayant fait l’objet de violences policières, à des séparations de famille, à des mineurs isolés qui se retrouvent perdus aux milieu d’adultes, ou encore au refoulement des étrangers, il est alors difficile de ne pas constater les effets néfastes du maintien en zone d’attente. Et le non-respect des droits fondamentaux se constate chaque jour en zone d’attente.

Cette inhumanité constatée par l’Anafé résulte des conditions mêmes de maintien mais aussi de l’application aléatoire de la procédure en zone d’attente.

***

Environ chaque année, 15 000 personnes sont placées en zone d’attente de Roissy. La durée moyenne de maintien est brève : moins de 3 jours. En 2008, 5100 personnes ont demandé l’asile à la frontière.
En 2007, 822 étrangers se sont déclarés mineurs isolés (680 ont été reconnus mineurs isolés après le test de détermination de l’age) : 275 ont été refoulés.

http://www.anafe.org/stats.php

Publié dans LIBERTES, Politique nationale | Pas de Commentaire »

INSEE : Sarkozy est le Président de l’injustice sociale et du pouvoir d’achat des très riches

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mai 2009

INSEE : Sarkozy est le Président de l’injustice sociale et du pouvoir d’achat des très riches dans ECONOMIE arton3703-f81a1

 

L’INSEE vient de publier les résultats de son  enquête sur les salaires en entreprise. Le constat est sans appel : les plus hauts revenus ont fortement augmenté, les bas salaires stagnent et les prix augmentent. En 2007, un salarié sur dix gagne moins de 1083 euros par moi, et, comble du comble, c’est dans le secteur financier que les salaires augmentent le plus.

La seule et unique conclusion possible de cette enquête est simple : les salariés qui se mobilisent sans cesse depuis plusieurs mois ont raison, et les revendications syndicales doivent être entendues.

Dans quelques jours, le rapport Cotis sur le partage des profits et les rémunérations sera remis à Nicolas Sarkozy. A moins d’une manoeuvre incroyable, il confirmera encore une fois les ravages de la politique à sens unique de Sarkozy. N’en déplaise au Président de la République, l’heure est au bilan.

Le constat actuel est évident : Nicolas Sarkozy est le Président de l’injustice sociale et du pouvoir d’achat des très riches.

Ce dont la France a besoin, c’est d’une politique qui apportent des réponses aux véritables problèmes, et non pas d’une politique qui accroit la gravité de la situation. Dans cet esprit, le 28 mai, les députés communistes et républicain déposeront plusieurs propositions de loi. Marie-George Buffet défendra, à l’Assemblée nationale, une proposition de loi visant à prendre des mesures urgentes de justice sociale et Roland Muzeau défendra une proposition pour promouvoir une autre répartition des richesses.

Parti communiste français

Paris, le 7 mai 2009

Publié dans ECONOMIE, Politique nationale, SOCIETE | Pas de Commentaire »

EUROPE: PPE et PSE ont un vote identique dans 97% des cas!

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mai 2009

Lu sur Moissac au coeur :

Un excellent article parut sur le blog MJCF82 à l’adresse: http://mjc82.over-blog.com/

Le PS de Madame Aubry tape sur l’UMP de Monsieur Sarkozy qui tape sur le PS de Madame Aubry et ainsi de suite, avec au milieu Monsieur Bayrou qui se présente comme l’anti-système bien qu’il en soit l’épicentre.

umps-6b957.gif

Une élection approche, on rejoue donc la partition gauche-droite-gauche-droite qui rassure l’électorat de chacun sur l’identité de l’ennemi. Mais il s’agit cette fois de l’élection européenne.
Que se passe-t-il vraiment dans l’hémicycle européen une fois que droite et gauche ont fini leurs chamailleries électorales ?
Une étude à paraître (Observatoire de l’Europe) portant sur le sens des votes des groupes politiques au Parlement européen pourrait faire grand bruit, au moment où fusent les critiques tant du côté du Front de gauche que de celui de Philippe de Villiers contre les « arrangements et collusions de toujours » entre les grands partis qui siègent au Parlement européen depuis 1979.
Jusqu’ici, personne ne s’était livré au fastidieux travail de recension des votes de chaque groupe puis à leur comparaison
L’étude à venir porte sur l’année 2008 et fait apparaître que le groupe du PPE-DE, majoritaire, qui rassemble les partis de centre-droit en Europe (dont l’UMP pour la France) et le groupe PSE (socialistes) ont voté dans le même sens sur 97% des votes par appel nominal (rapports, résolutions) examinés par le Parlement européen. Un score digne de la Douma de l’ex Union soviétique. Sur 535 votes par appel nominal (votes électroniques, les seuls qui soient enregistrés et donc traçables) les groupes PPE et PSE n’ont voté différemment que dans 18 cas. Et sur ces 18 votes par appel nominal où ils ont divergé, ça n’était pas forcément pour s’opposer puisque l’un des deux groupes à choisi l’abstention 8 fois. C’est à dire que droite et gauche au Parlement européen ne se sont opposées que dans 10 cas sur 535 votes. Sur ces dix votes qui les ont vus s’opposer, un seul était un texte de nature législative.
La convergence des votes du PPE et du PSE exprimées en pourcentages est donc de 97%.

Constatant déjà la convergence de leurs politiques au plan national, l’historien Max Gallo avait un jour résumé en disant qu’ « ils se chamaillent sur le perron pour faire oublier qu’ils se partagent la maison ».

Le fait est qu’ils soutiennent constamment les mêmes traités et aujourd’hui le même M. Barroso pour un nouveau mandat à la tête de la Commission.

Publié dans Elections europeennes, EUROPE | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy