Médecine du travail en danger

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 avril 2009

 

lu dans SINÉ HEBDOune Siné hebdo n°3333 :

LE MEDEF NUIT GRAVEMENT 

À LA SANTÉ

Parisot revient à la charge et lance de nouvelles torpilles pour détruire la médecine du travail.

Les négociations ouvertes le 18 février entre Medef et syndicats à propos de la médecine du travail (voir Siné Hebdo n°24) ont pris en avril un tour très dangereux pour la santé des salariés.

Pour commencer, le Medef a proposé que ce soient désormais les médecins de ville qui réalisent les visites d’embauche. Autant proclamer la mort de la médecine du travail : le médecin du travail ne connaît pas le monde de l’entreprise et ses risques propres. S’il y a des pédiatres, des gynécologues, c’est bien parce que les « spécialistes » sont nécessaires dans la santé. Le médecin du travail est un « spécialiste » de la santé au travail : il visite l’entreprise, établit des fiches de sécurité et participe au CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail).

Face au tollé syndical provoqué par son initiative, le Medef a reculé pour mieux contre-attaquer en émettant l’idée d’allonger à quatre ans l’intervalle entre les visites médicales périodiques « pour les salariés qui ne sont pas exposés aux risques spécifiques ». Et hop, par-dessus bord, la médecine de prévention ! La France est pourtant le pays d’Europe où l’exposition aux produits cancérigènes est la plus sous-estimée. Sans compter que les troubles musculo-squelettiques (TMS), la maladie professionnelle la plus répandue, peuvent frapper tout le monde. Pour compléter le panorama, la moitié des 170 000 accidents cardio-vasculaires (AVC) qui ont lieu chaque année seraient imputables au travail (stress, durées excessives du travail).

 

 

Le rapport de Noël Diricq (août 2008) a mis en évidence la sous-déclaration, autour de 5 %, des accidents du travail (AT) et des maladies professionnelles (MP). Trente-huit mille accidents entraînant des arrêts sont donc dissimulés par les entreprises pour éviter de payer davantage de cotisations, d’où un trou supplémentaire de 1 milliard d’euros dans la caisse maladie de la Sécu au profit de la caisse patronale AT-MP. Imaginez le tableau dans les boîtes si les médecins du travail (à l’occasion des visites annuelles et de reprise) ne peuvent plus y pointer leur nez.

Pour finir, le Medef, qui, selon une enquête révélée par France Inter et Rue89 en novembre 2007, tapait allègrement dans les caisses de la médecine du travail, souhaite que l’agrément donné par les Directions régionales du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (DRTEFP) aux services de santé au travail (SST), censé « assurer l’égalité de traitement sur l’ensemble du territoire », soit « adapté » pour lutter contre la pénurie de médecins. En clair, dans certaines zones, des infirmiers pourraient pratiquer des actes de médecine et les visites seraient remplacées  par des entretiens avec des « assistants » de santé « médico-professionnels ». A ce tarif-là, autant que les contremaîtres s’en chargent directement !

Certes, les trois quarts des médecins du travail sont âgés de plus de 50 ans, et 1 700 départs en retraite sont proches. Six cents postes sont déjà vacants sur 6 000… Il serait bien plus avisé de prendre des mesures d’urgence pour recruter, former et investir dans la médecine de prévention de la santé au travail plutôt que de la laisser tomber en désuétude pour mieux la torpiller. À quel niveau d’archaïsme en est-on encore pour que ce soient les patrons, juges et parties en matière d’AT et de MP, qui dirigent la médecine du travail et non pas les salariés concernés au sein d’un véritable service public indépendant de médecins spécialisés ?

Gérad Filoche

Voir l’article de Rue89 sur :

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy