• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 26 avril 2009

Tous ensemble le 1er mai à Maubeuge

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 avril 2009

Posté par pcfmaubeuge le 26 avril 2009

 

arton1448edf4311.jpg

Tous ensemble à la manif du 1er mai à Maubeuge

Rassemblement 10h00, place de la Mairie 

 

Du fait de la crise du système capitaliste, chaque jour qui passe voit 3000 chômeurs de plus en France et les plans sociaux se multiplier !   La Sambre-Avesnois est elle aussi durement touchée par les fermetures d’entreprises et les suppressions massives d’emplois.   Dans le même temps, Sarkozy laisse faire ses amis du CAC 40 et du MEDEF qui continuent de s’enrichir aux dépens des salariés et de l’Etat.   Pour toute réponse aux inquiétudes et à l’exaspération légitime du monde du travail, la droite au pouvoir prétend criminaliser le mouvement social.

 

Face à un tel acharnement, il est normal que le peuple exprime massivement sa colère dans la rue de façon unitaire.

Le 1er mai est l’occasion de se rassembler pour faire entendre son ras-le-bol et se faire respecterimages28.jpg

pour exiger un monde plus juste et plus solidaire.

Alain Groisne
Secrétaire de la section communiste
Sambre-Bavaisis

Publié dans Luttes, PCF, SERVICES PUBLICS, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

« Qui sème la misère récolte la colère »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 avril 2009

Publié sur
http://lefenneccgt.unblog.fr/

Les salariés de Continental victimes de la violence sociale du MEDEF, du capitalisme, et du gouvernement! ont exprimé leur colére en saccageant la Sous -préfecture de Compiègne!

Michelle Alliot-Marie demande des poursuites, mais poursuit-on les responsables de la crise, ceux qui vont mettre des millions de personnes dans la misère ?!! Non au contraire l’état injecte des milliards d’euros dans les banques !

Les confédérations syndicales doivent appeler à soutenir tous les camarades victimes de “violence sociale” .

La violence sociale, la crise est un crime contre les populations ! La justice doit poursuivre les vrais responsables, patrons et actionnaires voyous. Le crime c’est le capitalisme, la vie des hommes et des femmes vaut plus que quelques vitres et quelques ordinateurs !

 

Soutien à tous les travailleurs en lutte

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans Luttes, SOCIAL, SOCIETE, Syndicats | Pas de Commentaire »

Sarkozy transforme le fond d’investissement social en fond d’investissement patronal

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 avril 2009

Publié par pcf.fr

Sarkozy transforme le fond d’investissement social en fond d’investissement patronal dans PCF arton3663-a8850

 

Le 24 avril, Nicolas Sarkozy devait annoncer des mesures pour favoriser l’emploi des jeunes. Cela n’a pas été le cas. En réalité, il en a une nouvelle fois profité pour accorder de nouveaux cadeaux aux grandes entreprises.

Un jeune sur trois est au chômage, et ils figurent parmi les premières victimes du chômage de masse qui se développe depuis janvier. Malgré cela, en fait de plan anti-chômage des jeunes, Nicolas Sarkozy fait une nouvelle série de cadeaux aux entreprises sous forme d’exonération de cotisations sociales et d’encouragement aux bas salaires.

Inutile de rappeler que les exonérations de cotisations sociales ont des effets quasi nul sur l’emploi, le coeur de l’intervention présidentielle n’était, à l’évidence, pas destiné à apporter des réponses aux chômages des jeunes. Le Président de la République a instrumentalisé sans vergogne la souffrance des jeunes pour détourner la quasi-totalité du fond d’investissement social au profit des plus grandes entreprises.

Il aurait d’ailleurs été plus juste de renommer le fond d’investissement social, en fond d’investissement patronal.

Martin Hirsh avait promis un plan anti-chômage des jeunes « original », mais Nicolas Sarkozy n’aura annoncé que des propositions archaïques et marginales.

Parti communiste français

Paris, le 24 avril 2009

Publié dans PCF, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Bernard Kouchner soutient Eric Besson

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 avril 2009

Éric Besson ministre des expulsions et du mensonge national est soutenu par son collègue ex-socialiste comme lui.

Chômage et naturalisation : Bernard Kouchner dérape

Invité sur France Culture ce mercredi, Bernard Kouchner a réagi de manière inattendue à la chronique d’Olivier Duhamel consacrée à la réforme de la naturalisation. Initiée par Eric Besson, ministre de l’Immigration, elle prévoit que l’octroi de la nationalité française sera désormais décidé en préfecture et non plus au niveau national, au sein de la Sous-direction nationale de l’accès à la nationalité française (SDANF).

Au micro de l’émission d’Ali Baddou, le ministre des Affaires étrangères, se lance dans une argumentation curieuse. Il prend d’abord la défense d’Eric Besson puis explique que la situation économique ne permet pas à la France de se montrer « généreuse » en matière de naturalisations :

« Dans la mesure où la crise et la façon dont le chômage nous frappe doit nous faire mesurer notre générosité, mais je souhaite que notre générosité demeure. » 

Lire la suite sur :

http://www.rue89.com/2009/04/22/chomage-et-naturalisation-bernard-kouchner-derape

 

Stéphane Guillon sur France Inter :

http://www.dailymotion.com/video/x88qd3

 

Publié dans Politique nationale | 1 Commentaire »

La Revue de la Résistance

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 avril 2009

 

 

Numéro 32 : un numéro important de la Revue de la Résistance

25 avril 2009

La Revue de la Résistance inaugure avec son numéro 32 une nouvelle formule qui ne diminue en rien, ni les ambitions, ni la qualité de la Revue. Bien au contraire, le prochain numéro avec ses 72 pages constituera un véritable évènement par la richesse de son contenu et la clarté de son graphisme. On y trouvera, notamment plusieurs dossiers importants liés au travail de mémoire :  » Pourquoi, il faut dire non au projet de journée unique du souvenir »,  » La chasse aux derniers nazis », « Histoire et importance actuelle du Conseil National de la Résistance « .

 

Mais le dossier principal de ce numéro 32 est consacré aux crimes perpétrés contre les communistes par les Brigades spéciales de la police parisienne. Ce dossier de 20 pages est un acte d’accusation contre les policiers qui torturèrent les résistants communistes, mais aussi des gaullistes , comme ceux de “Défense de la France”. Bien d’autres rubriques et informations complètent ce numéro, notamment le témoignage d’un des derniers survivants des Sonderkommandos, véritable riposte à la dernière provocation de Le Pen sur les chambres à gaz. Vous pouvez commander ce numéro au prix de 12€ à la page contact

 

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 avril 2009

 

Message des déportés pour la Journée nationale

 

du souvenir des victimes et des héros de la déportation


Dimanche 26 avril 2009

 

Il y a 64 ans, les  camps de concentration et d’extermination étaient libérés par les armées alliées.

Les familles de disparus et les rescapés tiennent à marquer l’attachement qu’ils portent à cette Journée nationale de la Déportation. Ils soulignent également l’importance qu’ils attachent à celle du 8 mai qui commémore la victoire de la démocratie et des droits de l’Homme.

De l’issue de la seconde guerre mondiale, ne dépendait pas seulement la victoire ou la capitulation d’un État ou d’une coalition mais le triomphe ou la défaite de toute une conception raciste et hégémonique du monde.

Dans ce jour commémoratif de la délivrance des camps, dans tous les pays libérés du nazisme, nous célébrons cette liberté acquise au prix de tant de sacrifices. En France, comme dans la plus grande partie de l’Europe, la domination nazie a entraîné des exactions inouïes : pillage, persécutions raciales, répressions féroces contre ceux qui, confrontés aux crimes de l’occupant et de ses complices français, n’entendaient pas rester passifs.

Après 64 ans, il est inadmissible que les crimes avérés des nazis soient ignorés ou même contestés.

Plus que jamais, en ces temps d’incertitude, les déportés invitent donc leurs concitoyens à se garder des idéologies de l’exclusion et du nationalisme dominateur qui furent le fondement de cette idéologie perverse.

Avant la disparition des derniers survivants, nous incitons nos descendants, les historiens et les pouvoirs publics à sauvegarder la mémoire des événements douloureux que nous avons vécus.

Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD)
Association des Déportées et Internées de la Résistance (ADIR)
Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance (FNDIR)
Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (FNDIRP)
Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et Familles de Disparus (UNADIF)
Union Nationale des Déportés, Internés et Victimes de Guerre (UNDIVG)

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

26 avril : Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 avril 2009

Texte envoyé par Nicole Dacosse

La Journée Nationale de la Déportation, instaurée par la loi du 14 avril 1954, est depuis célébrée le dernier dimanche d’avril.

Elle redit chaque année la nécessité de rappeler les épreuves subies par celles et ceux qui ont été déportés à cause de leurs différences : religion, nationalité, sexualité, opinions citoyennes ou politiques, opposition au régime nazi, et surtout désir de libérer notre pays.

Ce n’est jamais par hasard (contrairement à ce que certains affirment) qu’on se retrouvait interpellé par les S.S., la Gestapo ou la police de Vichy. Ce n’est jamais par hasard qu’après emprisonnement, interrogatoires, tortures, on se retrouvait envoyé dans des wagons plombés vers ces sinistres destinations dont les noms résonnent à jamais comme des cris de honte : Treblinka,  Auschwitz, Ravensbrück, Dachau, Büchenwald…

Certains n’en revinrent pas : leurs noms sont parfois gravés sur le monument aux morts avec ceux d’autres résistants comme c’est le cas à Feignies. A Maubeuge, une stèle a été érigée en 1949 à la mémoire de 93 travailleurs du Bassin de la Sambre résistants et « morts pour la France » dont certains en déportation ; et parmi eux, un Finésien.

Pour ne pas avoir à revivre les mêmes horreurs, 

SOUVENONS-NOUS !

*******************

Le besoin de préserver la mémoire de la déportation a été reconnu par la loi du 14 avril 1954, votée à l’unanimité par le Parlement, qui a consacré le dernier dimanche d’avril « Journée nationale du Souvenir des victimes et héros de la déportation »au cours de laquelle la nation honore la mémoire de tous les déportés sans distinction, et rend hommage à leur sacrifice

« Article 1er : La République française célèbre annuellement, le dernier dimanche d’avril, la commémoration des héros, victimes de la déportation dans les camps de concentration au cours de la guerre 1939-1945.

Article 2 : Le dernier dimanche d’avril devient « Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation ». Des cérémonies officielles évoqueront le souvenir des souffrances et des tortures subies par les déportés dans les camps de concentration et rendront hommage au courage et à l’héroïsme de ceux et de celles qui en furent les victimes. »

Le dernier dimanche d’avril a été retenu en raison de sa proximité avec la date anniversaire de la libération de la plupart des camps*, et aussi parce que cette date ne se confondait avec aucune autre célébration nationale ou religieuse existante. Certains déportés appellent cette journée la Toussaint des Déportés.

* 6 avril 1945 : Début de l’évacuation de Neuengamme
11 avril 1945 : Libération de Buchenwald et Dora par les Américains
15 avril 1945 : Libération de Bergen-Belsen par les Anglais
21 avril 1945 : Libération de Flossenburg par les Américains
22 avril 1945 : Libération de Sachsenhausen par les Soviétiques
29 avril 1945 : Libération de Dachau par les Américains
29 avril 1945 : Libération de Ravensbrück par les Soviétiques
5 mai 1945 : Libération de Mauthausen par les Américains
5 mai 1945 : Libération de Gross Rosen par les Soviétiques
8 mai 1945 : Libération de Theresienstadt par les Soviétiques

Rappels historiques :

Plus de 162 000 personnes (hommes femmes et enfants) parties de France, ont été déportées :

- 86 000 personnes déportées en tant que résistants, politiques, otages (60 % environ sont revenus)
- 76 000 personnes déportées en tant que juifs (3 % sont revenus)

Au total, ce sont plus de 100 000 déportés partis de France qui disparaissent dans les camps de concentration nazis.


Source :

http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/musee-memorial-vestiges-f47/journee-nationale-du-souvenir-de-la-deportation-t8258.htm

 

*********************

Triangles rouges à Auschwitz (Livre)

Le convoi politique du 6 juillet 1942 

On connaît le rôle central joué par Auschwitz-Birkenau dans l’extermination des Juifs d’Europe. Mais sait-on que mille communistes français ont péri là-bas, dans le camp de concentration – sur les chantiers et dans les blocks d’Auschwitz-I ou de Birkenau – ou dans les chambres à gaz du centre de mise à mort ?
Le convoi du 6 juillet 1942 occupe une place particulière dans la déportation de répression. Placé sous la bannière de la croisade hitlérienne contre le « judéo-bolchevisme », ses origines se mêlent à celles des fusillades d’otages et des premiers transports de Juifs en France. Cependant, aucun des 1175 hommes de ce convoi, choisis selon le critère de leur appartenance politique par les autorités militaires allemandes, n’aurait pu être déporté sans la collaboration active du régime de Vichy. L’histoire de ces résistants et militants antifascistes, dont quelques-uns furent les créateurs du premier réseau français de Résistance à Auschwitz, est racontée à travers les témoignages des survivants – 119 seulement en mai 1945.

Couverture de l'ouvrage
Photo de la couverture de l’ouvrage
Le lecteur se trouve plongé dans l’univers hallucinant d’Auschwitz et de Birkenau, rarement dépeint pour l’année 1942, et suit l’odyssée de ces déportés liés par un destin commun. D’intenses moments d’émotion se dégagent de ces remarquables documents ainsi qu’une claire perception des mécanismes du système concentrationnaire nazi, grâce aux analyses et aux mises en perspectives de l’auteur. Claudine Cardon-Hamet est professeur agrégée et docteur en histoire. Cet ouvrage prend sa source dans sa thèse de doctorat.
Triangles rouges à Auschwitz
Auteur : Claudine Cardon-Hamet
Editeur : Editions Autrement avec le soutien de la DMPA
Collection : Revue Autrement Memoires
ISBN : 2746706474
Prix : 22,95 euros
Source : Mindef/SGA/DMPA

Les liens à découvrir sur le sujet

La libération des camps La libération des camps
Revue n° 149 -Avril 2005
 

 Source :

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichebiblio.php?idLang=fr&idBiblio=442&idPage=2686

 

A voir également :

La Journée Nationale de la Déportation

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichecitoyennete.php?idLang=fr&idCitoyen=3

NN – Déportés condamnés à disparaître

dans la nuit et le brouillard (1941 – 1944)
Le décret nazi « Nacht und Nebel »

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichecitoyennete.php?idLang=fr&idCitoyen=16

 

La déportation

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichepage.php?idLang=fr&idPage=101

 

L’internement des Tsiganes en France 1940-1946

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichepage.php?idLang=fr&idPage=1446

 

Ces Barbelés oubliés par l’Histoire (Livre)

Un camp pour les Tsiganes… et les autres.

Qui se souvient, ou plutôt, qui veut se souvenir des camps de concentration que la France a créés et administrés pendant la Seconde Guerre mondiale ? Comme tant d’autres, Montreuil-Bellay, petite ville touristique au confluent de trois régions, l’Anjou, la Touraine et le Poitou, avait concencieusement oublié le sien, jusqu’à ce que Jacques Sigot en reconstitue patiemment toute la ténébreuse histoire.

Ils sont nombreux ceux qui, à un moment ou à un autre, ont connu la double enceinte de barbelés électrifiés, hérissée de miradors, de Montreuil-Bellay : Républicains espagnols, hiver 39-40; civils anglais au cours de l’été ; clochards de la région nantaise, collaborateurs, soldats ennemis en perdition, septembre 44 ; civils allemands, surtout des femmes internées comme otages en 1945.

Mais, de novembre 1941 à janvier 1945, se sont surtout les tsiganes qui hantent ces barbelés oubliés par l’Histoire.

Couverture de l'ouvrage
Couverture de l’ouvrage (c) Editions Wallâda
Ces Barbelés oubliés par l’Histoire. Un camp pour les Tsiganes… et les autres.
Auteur : Jacques Sigot
Editeur : Wallâda (5, rue Defabritis 13110 Port-de-Bouc)
Prix : 22,56 €
Source Jacques Sigot

sur cheminsdememoire.gouv.fr

Publié dans HISTOIRE, Non classé | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy