• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 31 mars 2009

30 mars 1854 : Loi sur la transportation des condamnés aux travaux forcés hors de France.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2009

Cette loi instituait également le « doublage« 

La loi du « doublage » oblige les prisonniers libérés à rester sur le continent le même temps que leur peine, si celle-ci n’excède pas 8 ans. Au-delà de 8 années de condamnation, c’est l’exil à perpétuité.

« Un homme ayant purgé sept ans était expulsé du camp. Pour lui, comme disaient les «  doublards  », le vrai bagne commençait avec sa libération. Tout d’abord, la ville de Cayenne lui était à jamais interdite. On le priait ensuite d’aller rejoindre les siens, au kilomètre sept, en pleine brousse et là, livré à lui-même, rongé par la vermine et la fièvre de se débrouiller comme il pouvait pour survivre. En 1921, Albert Londres en compta 2448 se traînant dans les rues de Saint-Laurent-du-Maroni et les paquets de brousses alentours.

Cette mesure honteuse avait répondu au souci de l’état français de coloniser la région. «  Amendement et colonisation  » clamaient les textes de loi. «  A leur libération, les transportés pourront recevoir une concession  ». Leur quantité (sept ou huit) était ridicule comparée au nombre des «  libérés  ». Cette chance perdue, ils n’avaient plus droit à rien et ne trouvaient de travail nulle part. Leur pire concurrence étant les bagnards, infiniment plus dociles et moins onéreux, employés par les compagnies françaises et étrangères qui opéraient en Guyane. Les particuliers embauchaient, pour rien presque, les «  assignés  », forçats de première classe, les comptoirs de commerce, en nombre réduit, une dizaine au total, en prenaient encore quelques-uns. La majorité n’ayant pas le droit de s’en aller pour trouver ailleurs du travail, végétait, couchait la nuit sous le marché couvert, arpentait les rues le jour à la recherche de quelque chose à manger, à fumer, à boire… S’ils ne trouvaient rien, ils volaient. Les malades, les blessés (les rixes étaient nombreuses), mourraient seuls, abandonnés dans un coin de brousse ou sur un trottoir. »

Philippe Nadouce

 

Le 22 novembre 1850,Louis Napoléon proclamait :  » 6000 condamnés dans nos bagnes grèvent les budgets d’une charge énorme, se dépravant de plus en plus, et menaçant incessamment la société. « Il me semble possible de rendre la peine des travaux forcés plus efficace, plus moralisatrice, moins dispendieuse, et plus humaine en l’utilisant au progrès de la colonisation française « .

En 1854, Napoléon III officialisait l’existence des bagnes coloniaux. Pourtant depuis deux années déjà des prisonniers  étaient envoyés en Guyane.

En banalisant le transfert de plusieurs milliers d’hommes vers les bagnes de Nouvelle-Calédonie et de Guyane, le sort des forçats était scellé. Pour eux, pas de retour prévu. Tout était mis en œuvre pour que les « rebuts de la société » peuplent malgré eux les colonies en servant de main d’œuvre corvéable, prenant ainsi le relais des esclaves affranchis depuis peu.

Pendant près d’un siècle, 70 000 hommes ont peuplé les geôles de Guyane mais le projet de colonisation forcée fut un échec et un désastre humain.

+ d’infos sur :

http://guyane.rfo.fr/infos/dossiers/le-bagne-de-guyane_294.html

Voir des photos sur :

http://gmarchal.free.fr/Le%20Bagne%20de%20Guyane/galerie1.htm

 

Vidéo :

Le bagne de Saint-Laurent du Maroni

http://www.dailymotion.com/video/x6n7z5

 

 

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

MEETING DU FRONT DE GAUCHE À BACHANT

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2009

NOUS NE PAIERONS PAS LEUR CRISE

CHANGEONS D’EUROPE

MEETING

Mardi 7 avril à 18 h 30 Salle Polyvalente de Bachant

avec Jacky HÉNIN

Député européen

et Antonio De Almeida

Délégué central européen de Renault-Cléon

 

img4.jpg

Publié dans Elections europeennes, Front de Gauche, PCF | Pas de Commentaire »

Les paradis fiscaux abritent 532 milliards de dépôts français

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2009

Lu sur : Moissac au coeur

http://moissacaucoeur.elunet.fr/

 

Exclusif : Emmanuel Lévy publie dans Marianne de cette semaine

(Lisez le reste du dossier de Marianne «Pendant la crise, ils s’en mettent plein les poches.» En vente dans tous les kiosques. )

la carte des avoirs des banques françaises dans les places off-shore.

 

fonds_fran_ais.jpg
cliquez pour agrandir….
Source : Banque de France

A quelques jours du G20 de Londres qui mettra les paradis fiscaux sous le feu des projecteurs, ces places financières dites « off-shore » sortent, bien malgré elles, de la douce situation de discrétion dont elles tirent depuis des années prospérité et richesse. Il faut dire que les 7 500 milliards de dollars qu’elles abritent – selon les chiffres du FMI – intéressent les gouvernements, qui voient là une cagnotte opportune pour financer leurs plans de relance et, notamment, ceux à destination du secteur bancaire.
La revue Alternatives économiques avait montré que toutes les entreprises françaises du CAC 40, surtout les banques, étaient fortement présentes dans les paradis fiscaux, avec quelque 1 500 filiales. Marianne révèle aujourd’hui à la fois le montant des avoirs français dans ces pays et leur localisation. Ensemble, les banques françaises disposaient au 30 juin 2008 de plus de 532 milliards de dollars (environ 370 milliards d’euros) dans ces paradis, soit 12,5 % du total des créances détenues sur les autres pays.
Un chiffre qui, sous l’effet de la spéculation, a explosé en cinq ans : + 300 %.

Lire la suite… »

Publié dans EUROPE, Monde | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy