• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 18 mars 2009

L’eau – Un droit humain et plus encore

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 mars 2009

L'eau - Un droit humain et plus encore dans Environnement 273629_l

Extrait d’une contribution présentée en juin 2007 à l’université de Zurich lors du colloque

 

« L’eau et l’avenir de l’humanité ».

 

Source :

http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=276

Horizons et Débats (Zurich / Suisse) – Journal favorisant la pensée indépendante, l’éthique et la responsabilité
pour le respect et la promotion du droit international, du droit humanitaire et des droits humains

Les ressources deviennent rares

Là où l’eau manque, la faim, la pauvreté et les maladies augmentent, les déserts s’étendent, les jardins dessèchent, les gens doivent s’enfuir. Des émeutes sociales, des tensions et des conflits sont les conséquences de la concurrence qui s’aggrave autour de ce bien rare. Quand on thématise la pénurie des ressources, c’est l’eau qui vient en premier lieu. Celui qui a l’eau, a le pouvoir.
Des ressources qui se raréfient et la dégradation de l’environnement font sans doute partie des défis de la politique de sécurité de l’avenir. [...]

Celui qui utilise l’eau comme une arme viole le droit international

Autrement dit : à l’avenir, la politique du développement doit être comprise plus fortement comme une politique de sécurité préventive. La politique du climat et celle de l’énergie sont les instruments les plus importants de la prévention de crises et du maintien de la paix. [...]

Le droit humanitaire doit protéger avant tout la population civile lors de conflits armés. Pour la survie des personnes protégées les conditions de l’existence doivent être assurées. L’eau en fait partie. [...]

Celui qui utilise l’eau comme une arme ou qui met en jeu l’existence d’un État en détériorant sans gêne ses eaux agit contre le droit international.

[...] l’eau a depuis toujours été utilisée pour mener la guerre et  – malgré le droit international – cela se fait toujours.

Des conflits autour de l’eau sont souvent d’une grande portée et durent longtemps. L’exemple le plus récent dans lequel notre pays (la Suisse) est impliqué est le barrage d’Ilisu au bord du Tigre en Turquie. Il sera construit entre autres «grâce» à une garantie contre les risques à l’exportation de la Suisse. L’approvisionnement en eau en Syrie et en Irak sera sensiblement touché par ce projet. En Turquie, plus de 100 000 personnes devront être déplacées de force et l’un des sites archéologiques les plus anciens de l’humanité, la petite ville de Hasankeyf, sera noyée dans le réservoir du barrage.

«Pas d’eau – pas d’avenir»

Avoir suffisamment d’eau propre pour tous les hommes de cette terre – pas «seulement» dans le camp de réfugiés –, c’est une des tâches les plus importantes à laquelle la communauté internationale se voit confrontée dans ce siècle. Ou, comme Kofi Annan l’a formulé encore une fois avec insistance peu avant sa démission comme Secrétaire général de l’ONU :  «La crise universelle de l’eau est devenue le grand défi pour la communauté internationale». Le programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a ajouté : «La crise de l’eau douce a les mêmes dimensions et le même potentiel de menace que le changement du climat.» En d’autres termes : l’eau est devenue pour l’humanité la question cruciale. «Pas d’eau – pas d’avenir», c’est la conclusion de Kofi Annan. [...]

Comme premier objectif du Millénaire, la communauté internationale s’est engagée à diminuer de 50% – jusqu’en 2015 – le nombre de personnes qui vivent dans la plus grande pauvreté, le nombre des affamés et le nombre des personnes sans accès à l’eau et aux installations sanitaires minimes. C’est un fait incontesté que sans atteindre l’objectif de l’eau, les autres objectifs du Millénaire ne peuvent pas non plus être atteints. Etre pauvre veut aussi dire être pauvre en eau, veut dire l’accès manquant aux ressources naturelles. Pas d’eau propre veut dire haute mortalité enfantine. D’après le Fonds des Nations Unies pour l’enfance UNICEF chaque année 1,8 millions d’enfants meurent à cause de maladies dues à l’eau.

[...]

 

Lire la suite… »

Publié dans Environnement, International, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Notre planète : « Où l’eau finit, le monde prend fin » proverbe ouzbek

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 mars 2009

 

5e Forum mondial de l’eau

du 16 au 22 mars à Istanbul

 

Lu dans l’Humanité du 16 mars

Crise majeure sur l’or bleu

 

Le 5e Forum mondial de l’eau s’ouvre aujourd’hui à Istanbul. L’ONU avance une perspective alarmante : 5 milliards d’êtres humains pourraient manquer d’eau en 2030.

Ce n’est plus une crainte, c’est une alarme. Alors que s’ouvre ce matin, à Istanbul, le 5e Forum mondial de l’eau, organisé par le Conseil mondial de l’eau (lire ci-après), l’ONU présentait, jeudi, un rapport sans appel. Nos besoins en eau augmentent plus vite que les pays ne sont en mesure d’en fournir actuellement. Croissance démographique, évolution des modes de consommation alimentaires et besoins énergétiques : à moins de mesures conséquentes, l’étude estime à plus de 5 milliards – 67 % de la population mondiale -, le nombre de personnes qui ne disposeront pas d’un accès à des installations sanitaires décentes en 2030.

États des lieux :  des inégalités persistantes

Concernant l’accès à l’eau potable, le rapport note des progrès, qui n’en rendent les inégalités que plus cinglantes. Les tendances suggèrent que 90 % des objectifs du millénaire fixés pour 2015 seront atteints à échéance. Un chiffre qui laisse de côté 340 millions d’Africains. Sans surprise, les plus pauvres sont les plus touchés : le nombre des personnes vivant avec moins de 1,25 dollar par jour coïncide avec le nombre de celles qui n’ont pas accès à une eau potable salubre. La situation se gâte encore concernant l’assainissement. Pour la seule Afrique, 500 millions de personnes n’ont toujours pas accès à des installations décentes. Les conséquences sont majeures, quand 5 000 enfants meurent chaque jour de diarrhées, soit un toutes les 17 secondes.

Perspectives :  des pressions sur la demande

Depuis cinquante ans, les prélèvements en eau douce ont triplé et les zones irriguées ont doublé. Un phénomène de fond, notamment lié à la croissance de la population mondiale. Actuellement de 6,8 milliards de personnes, celle-ci augmente chaque année de 80 millions de personnes, et devrait dépasser les 9 milliards d’ici à 2050 (1). Cela se traduit par une demande accrue de 64 milliards de mètres cubes d’eau par an. Or, 90 % des personnes à naître vivront dans les pays où l’accès à l’eau est déjà restreint, souligne le texte. En outre, pour être encore incertains, les changements climatiques pourraient avoir des répercussions tant sur la quantité que sur la qualité de l’eau et affecter, là encore, les régions du monde déjà en souffrance. L’impact pourrait être décisif, entre autres sur les migrations. L’étude estime que de 24 millions à 700 millions de personnes pourraient être forcées de migrer pour des raisons liées à l’eau.

Consommation :  qu’est-ce qui pompe ?

L’agriculture se révèle le secteur le plus gourmand en eau, puisqu’il représente à lui seul 70 % de l’ensemble de la consommation, contre 20 % pour l’industrie et 10 % pour les besoins domestiques. D’autant que les nouveaux modes alimentaires se traduisent par une plus forte demande en viande et en produits laitiers, notamment dans les pays émergents qui en manquaient jusqu’alors. Or la production de boeuf nécessite deux à quatre fois plus d’eau que la production de céréales. Les exigences énergétiques se développent elles aussi à un rythme accéléré : les besoins en eau de la production hydroélectrique devraient ainsi augmenter de 60 % d’ici à 2030.

Les préconisations :  investir dans l’eau

Le développement des ressources en eau est un élément clé pour le développement économique et social des pays, souligne le texte. Améliorer l’accès à l’eau se révèle profitable pour le PIB. L’inverse lui coûte : ainsi, les pertes du continent africain consécutives à ce manque sont estimées à plus de 28 milliards de dollars par an, soit 5 % de son PIB. Les pays riches ne sont pas les seuls à devoir investir dans l’eau, insiste donc le rapport, qui souligne la nécessité de développer les partenariats entre les gouvernements, le secteur privé et la société civile. Leur logique sera-t-elle marchande ou coopérative ? De la réponse dépend l’avenir de 5 milliards de personnes.

(1) Selon les calculs renouvelés publiés le 10 mars par l’ONU.

Marie-Noëlle Bertrand

Publié dans Environnement, INFOS, International | Pas de Commentaire »

Grève du 19 mars

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 mars 2009

Source :

http://www.20minutes.fr/article/310467/France-Journee-d-action-du-19-mars-le-prive-s-y-met.php

Le mouvement social du 19 mars.

Le mouvement social du 19 mars./IDE

Le 19 mars !
Debout ! Debout !
Grève du 19 mars dans Politique nationale Mineurs2

Vu sur le site de « La Toupie »

Publié dans Non classé, Politique nationale, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy