• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 15 mars 2009

Alain Bashung : dernier rappel

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 mars 2009

 

Alain Bashung s’est éteint samedi 14 mars à l’hôpital Saint-Joseph à Paris. Il avait 61 ans.

Il faut vivre dans le créatif, fabriquer quelque chose, avoir l’impression d’avoir un petit peu servi à quelque chose.(extrait de l’entretien réalisé par Victor Hache lors de la Fête de l’Humanité, en septembre 2008)

Il rejoint au firmament Brel, Barbara, Brassens et Ferré. C’était un esthète absolu, avec un univers unique.” (Pascal Nègre)

Lundi 16 mars,  sur France Inter,  de 21 h à 23 h, hommage à Alain Bashung (concert des Francofolies 2008)

 

Alain Bashung : un grand monsieur de la chanson française (publié le 2 mars)

sacre de Bashung

Alain Bashung : dernier rappel dans Culture bashung-5

 

Victoires de la musique 2009 : un triomphe pour Alain Bashung qui remporte trois trophées :

  • interprète masculin de l’année
  • meilleur album de chanson de l’année pour Bleu Pétrole
  • meilleur spectacle musical de l’année

Avec ses onze victoires, Alain Bashung est devenu l’artiste le plus primé des Victoires de la musique. Un Bashung fatigué mais très heureux :

“Je voudrais vous remercier, vous m’avez beaucoup aidé, vous m’avez envoyé tellement d’amour!”

« Souhaitons-nous une année resplendissante… » 

Son concert sur la scène de la Fête de l’Humanité fut l’un des moments forts de sa tournée marathon « Bleu pétrole ».  

vidéos :

Alain Bashung à la fête de l’Humanité (2008) :
http://www.youtube.com/watch?v=VK6xWP2kwGs

Victoires de la musique 2009, meilleur album

http://www.youtube.com/watch?v=-BNzx3-Ad8U

 

Publié dans Culture, INFOS | Pas de Commentaire »

Jacky Hénin à Lille : belle réussite du lancement de la campagne du Front de Gauche aux Européennes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 mars 2009

Dépasser ce capitalisme qui massacre les emplois et augmente la pauvreté de la population.

Répondant à l’appel du Front de Gauche, mille cinq cents personnes, dont une délégation de trente militants de la Sambre,  ont assisté au meeting du Zénith. Elles sont venues dire à Jacky Hénin (PCF), qui mènera la liste du Front  aux élections européennes du 7 juin dans la circonscription du Nord-Ouest, leur volonté de rompre avec l’Europe de la dévalorisation du travail, de la précarité, du démantèlement du code du travail, de la privatisation des Services publics…, en un mot avec l’Europe libérale.

 

Aux côtés de Jacky Hénin, étaient présents Marc Dollez pour le Parti de gauche et des représentants du courant unitaire du NPA réunis autour de Christian Piquet. Parmi eux, Michelle Ernis, une enseignante membre de la LCR depuis 40 ans.

 

Tous ont stigmatisé le capitalisme responsable de la crise et appelé à l’union, dénonçant comme Marc Dollez « l‘irresponsabilité de ceux qui privilégient les intérêts de la boutique« .

Publié dans Elections europeennes, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

18 mars 1871 : début de la Commune de Paris

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 mars 2009

image

La Commune de Paris

Une œuvre toujours au cœur de l’actualité

18 mars 1871 : début de la Commune de Paris dans HISTOIRE carte2009

« J’envisage le sublime avenir qui s’ouvrira pour nos enfants », Charles Delescluze (1809-1871)

Quelques extraits du texte de Claude Willard, président de l’association « Les Amis de la Commune de Paris »

La Commune demeure ensevelie sous une chape de silence, bien qu’elle soit ou plutôt parce qu’elle est porteuse de valeurs, valeurs battues en brèche par les héritiers de ceux qui massacrèrent les Communards.

Une œuvre très novatrice

Bien que bornée par le temps et absorbée par les impératifs militaires, l’œuvre de la Commune est d’une richesse foisonnante.
La Commune entend réaliser l’aspiration du mouvement ouvrier français du XIXe siècle :  » l’émancipation des travailleurs par les travailleurs eux-mêmes « . Fidèle à la Constitution de 1793, qui assignait à la société politique l’objectif d’établir  » le bonheur commun « , la Commune se veut  » la Sociale « . Répondant aux aspirations populaires, elle abolit le travail de nuit, interdit les amendes et retenues sur les salaires, combat le chômage, interdit l’expulsion des locataires (par ailleurs exonérés des termes encore dus), exerce un droit de réquisition sur les logements vacants.

L’armée est remplacée par la Garde nationale, c’est-à-dire le peuple en armes, élisant ses officiers et sous-officiers.

La Commune établit la gratuité de la justice, la liberté de la défense, supprime le serment politique des fonctionnaires et magistrats, eux aussi élus et révocables.

Les Églises séparées de l’État, la Commune instaure l’école laïque, gratuite et obligatoire, crée un enseignement professionnel, y compris pour les filles, et entame une réforme de l’enseignement. Pour en débattre démocratiquement, se réunissent dans plusieurs écoles instituteurs, parents d’élèves et membres de la Société pour l’Education nouvelle (soucieuse de rénover l’enseignement).

La Commune est aussi pionnière de l’éducation populaire. Elle instaure des cours publics, que Louise Michel évoquera avec enthousiasme :  » Partout les cours étaient ouverts, répondant à l’ardeur de la jeunesse. On y voulait tout à la fois, arts, sciences, littérature, découvertes, la vie flamboyait. On avait hâte de s’échapper du vieux monde.  » La Commune rouvre bibliothèques, musées, théâtres. Les concerts donnés aux Tuileries sont très prisés. Dans cet épanouissement de la culture populaire, un rôle important est dévolu à la Fédération des Artistes (avec Courbet, Daumier, Manet, Dalou, Pottier…), qui place en tête de son programme  » la libre expansion de l’art, dégagé de toute tutelle gouvernementale et de tous privilèges « .
Tout, certes, n’est point réalisé. Mais que d’anticipations !

La Commune n’est pas morte !

La répression est féroce, à la mesure de la peur et de la haine des classes dirigeantes : 25 000 à 30 000 massacrés (dont femmes et enfants), 36 000 prisonniers, 4586 déportés en Nouvelle-Calédonie.
Et pourtant, comme le chante Eugène Pottier,
 » Tout ça n’empêch’pas, Nicolas,
qu’la Commune n’est pas morte
 »
Victor Hugo exprime la même pensée :  » Le cadavre est à terre, mais l’idée est debout.  »
Dans le court terme, le spectre de la Commune hante les  » réalistes  » (tel le Versaillais en chef, Thiers) et, par là, contribue à faire échouer les tentatives de restauration monarchique. Comme le prévoyait Jules Vallès :  » Avec nos fusils d’insurgés, nous avons calé la République.  » Sans parler des futures réalisations de la IIIe République, en premier lieu, la laïcité de l’école, longtemps propre à la France.

Mais surtout, comme la Révolution française, la Commune constitue un événement fondateur. Elle inspire le mouvement ouvrier international, de la Commune de Carthagène en 1873 à la Révolution russe de 1917, à la Révolution spartakiste, à la Commune de Canton de 1927 et à la révolte du Chiapas aujourd’hui. Elle marque en profondeur tout le mouvement ouvrier français de la fin du XIXe et du XXe siècle, élément de ses spécificités. Elle hante encore la genèse du Front populaire, la Résistance et mai 1968, nos combats d’aujourd’hui et demain.

L’œuvre de la Commune demeure d’une extraordinaire actualité parce que, viscéralement démocratique, elle a su, dans les termes de son époque, poser et essayer de résoudre des problèmes qui nous tenaillent toujours. Certes, à temps nouveaux, solutions neuves. Si jamais l’histoire ne se répète, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir.
Dans notre univers inégalitaire, inhumain, dominé par le pouvoir de l’argent, prônant le culte de la réussite individuelle, et où le ventre de la  » bête immonde  » engendre toujours racisme, xénophobie, fanatisme, redonnons chair et vie au triptyque gravé de façon très formaliste au fronton de nos édifices publics : Liberté, Égalité, Fraternité.
L’association des Amis de la Commune de Paris, héritière de La Fraternelle créée par les Communards à leur retour d’exil, a pour but de faire fleurir son héritage, si fécond pour nos combats d’aujourd’hui et de demain.

Lire le texte intégral sur :

http://lacomune.club.fr/pages/parent.html

Vidéos

http://www.dailymotion.com/video/x1myck

 

http://www.dailymotion.com/video/x1oh2e

 

http://www.dailymotion.com/video/x1oh2e


De nombreux textes sur :

 

http://hypo.ge.ch/www/cliotexte//html/france.commune.html

 

 

La répression.

« La tuerie a été atroce. Nos soldats ont promené dans les rues une implacable justice. Tout homme pris les armes à la main a été fusillé. Les cadavres sont restés semés de Ici sorte un peu partout, jetés dans les coins, se décomposant avec une rapidité étonnante, due sans doute à l’état d’ivresse dans lequel ces hommes ont été frappés.

Paris depuis six jours n’est qu’un vaste cimetière. »

in É. Zola, dans Le Sémaphore de Marseille du 29 mai 1871.

Un soldat versaillais a raconté à Maxime Vuillaume comment fonctionnait  » l’abattoir du Luxembourg « .

« Depuis l’entrée des troupes, on fusillait sans relâche. On fusillait derrière ces bosquets, dont le vert feuillage m’était apparu et que je revoyais criblé de gouttes de sang. Là, c’était un simple peloton. Quatre par quatre. Contre un mur, contre un banc. Et les soldats s’en allaient, rechargeant tranquillement leurs fusils, passant la paume de la main sur le canon poussiéreux, laissant là les morts.

On fusillait aussi autour du grand bassin, près du lion de pierre qui surmonte les escaliers menant à la grande allée de l’Observatoire.

- Et tous ces morts, qu’en fait-on ?

- Tous ceux qu’on a fusillés jeudi, le jour où vous y étiez, on les a enlevés la nuit suivante. De grandes tapissières ont été amenées. Je crois qu’on a tout emporté à Montparnasse (…)

- Et, lui demandai-je, on fusille toujours ?

Le sergent fixa sur moi ses yeux étonnés. Nous étions, autant qu’il m’en souvienne, à la matinée de dimanche, à la dernière agonie de la bataille.

- Certainement, me répondit-il. On n’a pas cessé depuis que nous sommes entrés à Paris. Ah! vous n’avez rien vu. Moi, j’ai commencé à voir cela à la Croix-Rouge On en a fusillé là un paquet, surtout des officiers.

Brusquement des cris éclatèrent en bas, au-dessous de nous. Le sergent se mit à la fenêtre.

- Voilà une bande de prisonniers, dit-il sans se retourner. On les conduit certainement au Luxembourg.

Les prisonniers, qui venaient du Collège de France, étaient bien une cinquantaine (…). Une foule hurlante suivait. Et j’entendis distinctement le cri féroce :

A mort ! A mort ! Au Luxembourg !

On en amène comme ça tous les quarts d’heure, dit le sergent. »

in Maxime Vuillaume, Mes cahiers rouges au temps de la Commune

Marc Ogeret : La semaine sanglante

Image de prévisualisation YouTube
La Commune de Paris en images sur :

http://www.parisenimages.fr/fr/un-evenement-en-photo.html?sujet=commune

 

« Le cadavre est à terre,

mais l’idée est toujours debout. »

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy