POLICE : Sarkozy revient à la « maison »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 mars 2009

Lu dans l’Humanité

POLICE : Sarkozy revient à la L’Élysée met MAM sur la touche. Les policiers suspendent leur manifestation.

En 2001, Daniel Vaillant, alors ministre de l’Intérieur, voyait des milliers de policiers descendre dans la rue. Huit ans ont passé. Entre-temps, Nicolas Sarkozy est passé de la place Beauvau à L’Élysée. Et pas question pour lui de voir se jouer un remake de 2001. Parce que ce chef de l’État qui a loupé une brillante carrière de commissaire, veut encore croire qu’il est toujours le président préféré des flics. Parce qu’il est impensable, pour lui, de voir une nouvelle catégorie dire son mécontentement dans la rue. Et parce que, pour contenir la colère de toutes les autres, ses troupes doivent être le petit doigt sur la couture du pantalon.

Las, deux organisations syndicales, l’UNSA police et le SGP-FO, projetaient de manifester à Paris le 21  mars. Une manifestation qui s’annonçait d’envergure. Et pour cause : ces deux syndicats, majoritaires chez les gradés et les gardiens de la paix, ont assez peu goûté les accords signés entre le ministère et un syndicat minoritaire, Alliance, se traduisant par un certain nombre de reculs en termes d’acquis sociaux. Sans parler de la suppression, d’ici 2012, de près de 10 000 postes dans la police, au nom d’un recentrage de cette dernière sur son « coeur de métier », au bénéfice, entre autre, du privé. « Tout le monde fait des sacrifices en ce moment…« , avait même justifié Michèle Alliot-Marie lors des voeux de l’UNSA police et du SGP-FO.

Face à une telle capacité de dialogue, l’Élysée ne pouvait que réagir en reprenant les négociations en main. Et en virant le directeur de cabinet de MAM. Pour le remplacer par un certain – ça ne s’invente pas – M. Cadot. Avant-hier, le SGP-FO et l’UNSA police ont reçu une lettre de ce dernier, indiquant que « le ministère de l’Intérieur est prêt à engager des discussions ». Car si les accords conclus jusque-là ne sauraient être remis en cause, ils pourraient « faire l’objet d’évolutions » : nouvelle grille indiciaire, paiement majoré des RTT, prise en compte des 17 millions d’heures supplémentaires… Et de préciser : « Les propositions contenues dans ce courrier ne pourraient pas être maintenues dans un contexte de relations partenariales vindicatives. » Hier, alors que MAM dans un courrier leur a proposé un rendez-vous pour le 16 mars prochain, l’UNSA police et le SGP-FO ont décidé de suspendre leur mouvement. Sachant, eux aussi, manier la carotte et le bâton.

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy