• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 4 mars 2009

Migrants : une bénévole de l’association Terre d’errance interpellée près de Béthune

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mars 2009

EFG

 

 

Elle rechargeait les portables de migrants : garde à vue

 

 

 

 

Terre d’errance : « …nous nous devons d’exiger la gestion digne et humaine de cette question, comme on l’espérerait pour nous même. »

Norrent-Fontes, oct. 2008
Migrants : une bénévole de l'association Terre d'errance interpellée près de Béthune dans LIBERTESvue sur la cuisine

 dans Politique nationalevue de derrière

Mercredi matin, une quinzaine d’Erythréens du camp de Norrent-Fontes ont été interpellés par la Police de l’air et des  frontières. Dans la foulée, une bénévole de l’association Terre d’Errance, qui vient en aide aux migrants, a été placée en garde à vue.

Pour protester contre cette mesure, les bénévoles se sont regroupés dans l’après-midi à Coquelles, près des locaux de la Police de l’air et des frontières. Samedi, au cours d’une  réunion publique, ils ont dénoncé la politique du gouvernement envers les migrants.

d’après La Voix du Nord
Présentation de l’association sur :

http://terreerrance.wordpress.com/a-propos/

Publié dans LIBERTES, Politique nationale, SOCIETE | Pas de Commentaire »

François Pérol a-t-il les compétences pour diriger le groupe Caisse d’Epargne-Banques populaires ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mars 2009

François Pérol va donc diriger le nouveau groupe qui compte 100 000 salariés et dont le total de bilan s’élève à 800 milliards. Mais en a-t-il les compétences ? La question est rarement posée.

A lire son CV, on n’en peut douter : diplômé d’HEC, énarque, inspecteur des finances, directeur-adjoint du cabinet de Francis Mer puis de Nicolas Sarkozy.

Un CV qui rappelle beaucoup celui de Jean-Marie Meissier (Générale des Eaux devenue Vivendi). Comme ce dernier, il est ensuite passé à la banque d’affaire (associé-gérant de la banque Rothschild& Cie. où il a organisé l’introduction en bourse de Natixis, 2,8 milliards de perte !), à l’origine des déboires financiers actuels !

Donc, avant de diriger un groupe de 100 000 salariés et engageant des capitaux colossaux, il n’aura eu à gérer vraiment que son secrétaire… selon le mot de Jacques Calvet (ex PDG de PSA), lorsqu’il s’était opposé à la nomination de J.-M. Messier au Conseil d’Administration de la Générale des Eaux.

Les salariés du groupe Caisse d’Epargne- Banques populaires peuvent être rassurés : leur avenir s’annonce radieux…!!!

François Pérol, l’homme qui avait oeuvré à la création de Natixis

Delize

Delize

 

Publié dans ECONOMIE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Projet de loi « création et Internet »: mort de la création, mort de l’Internet

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mars 2009

hadopi1.gif

Mort de la création, mort de l’internet, requiem des libertés

Projet de Loi « création et internet » : mort de la création, mort de l’internet, requiem des libertés

Projet de loi

Par : Commission NTIC
Mis en ligne : 4 mars

Depuis ce mercredi 4 mars, date de la reprise de l’examen du projet de loi « Création et Internet » à l’Assemblée nationale, le site internet du PCF porte le deuil de la création, des libertés et de l’internet.

Le projet de loi « Création et Internet » ou « HADOPI » a été voté au Sénat le 30 octobre 2008, malgré l’abstention du PCF : UMP, centristes, PS et radicaux ont voté pour. Il a pour objet de mettre en œuvre la « riposte graduée » visant à couper l’accès aux internautes suspectés de partage d’œuvres sans autorisation.

Il est la suite délirante des déclinaisons en droit français de la directive EUCD, qui a déjà inspiré les projets liberticides et directement aux services des multinationales du loisir comme DADVSI. Déjà à l’époque seuls les groupes parlementaires communistes s’étaient unanimement opposés au projet.

Directement écrite par les lobbies de l’industrie du loisir, ce projet de Loi instaure une « riposte graduée » qui n’existe nulle part ailleurs dans le monde. Seule la Nouvelle Zelande s’y était essayé, et a du faire marche arrière devant la levée de bouclier.

Lire la suite

Publié dans LIBERTES, PCF, Politique nationale | Pas de Commentaire »

ThyssenKrupp Jeumont : l’avenir de 42 salariés en jeu

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mars 2009

Publié dans La Voix du Nord

Article VDN – 02.03.2009

L’avenir des salariés de l’usine ThyssenKrupp s’écrit dès jeudi 

lavenirdessalariesdelusinethyss15792732.jpgLa fermeture de l’usine ThyssenKruppp
(42 salariés) a été annoncée début février.


Les syndicats de l’usine jeumontoise ThyssenKrupp, dont la fermeture a été annoncée début février, se rendront jeudi à Fosses pour entamer la procédure du plan de sauvegarde de l’emploi.

S’ils espèrent toujours trouver un repreneur pour leur usine de production d’acier, les élus syndicaux et les salariés savent toutefois que les chances sont minces de voir se concrétiser un tel scénario. D’autant que la direction du groupe leur a clairement indiqué qu’il n’était pas question d’abandonner le principal outil du site, la refendeuse Fagor, à un concurrent. Certains élus politiques font d’ailleurs part de leur scepticisme quant à cette éventualité, à l’image de la députée Christine Marin qui ne cache pas qu’elle ne croit pas du tout à l’arrivée d’un repreneur dans le contexte économique que l’on sait.

Syndicats et direction auront l’occasion d’en reparler jeudi puisque les délégués syndicaux jeumontois se rendront à Fosses, en banlieue parisienne, pour la consultation au titre du livre IV du code du travail. Ce dans un contexte tendu entre les deux parties puisque cette première étape avait déjà été entamée le 19 février mais aussitôt suspendue car les syndicats avaient mis en évidence un défaut de procédure. La direction avait alors refusé de signer le procès verbal de la séance… Il faudra donc attendre jeudi pour voir si le climat s’est un peu réchauffé. L’avenir de 42 salariés est en jeu.

FLO. M.

 

Publié dans ECONOMIE, PRECARITE, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Fillon et les « périls » qui menacent la République

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mars 2009

Article publié dans l’Humanité

CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France)

Devant le CRIF lundi soir, le premier ministre a violemment tancé les opposants à sa politique, dans un amalgame scandaleux avec les auteurs d’actes racistes.

François Fillon a trouvé une tribune inattendue pour lancer une charge violente contre les mouvements sociaux et tous les opposants à sa politique, lundi soir : celle du dîner annuel donné par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Dans un singulier mélange des genres, le premier ministre a mis en cause, pêle-mêle, parmi les « périls » qui menacent la République, « l’agressivité de groupes extrémistes » qui s’illustre par un regain de l’antisémitisme, mais aussi les « revendications irréalistes qui semblent totalement ignorer la crise », les « déclarations intempestives où l’on voit poindre la recherche de boucs émissaires » et les « manœuvres d’une extrême gauche à qui la démagogie ne coûte rien »…

Récupération éhontée

Syndicats préparant la mobilisation unitaire du 19 mars, collectifs unis contre la vie chère dans les DOM, opposition parlementaire, élus locaux contre la réforme Balladur de dépeçage territorial : chacun reconnaîtra les siens dans ces attaques qui les accusent « d’aiguiser inutilement nos légitimes différences politiques et intellectuelles ». Pour Fillon, applaudir la politique du gouvernement censée « soutenir l’emploi, défendre nos entreprises, relancer l’investissement, sécuriser notre système bancaire », c’est faire preuve d’un « esprit de civisme » contre « la peur, la haine et la division » (sic). Rien de moins ! « C’est en somme, l’aptitude à se rassembler autour des enjeux essentiels, a-t-il ajouté. (…) Si chacun se replie sur ses intérêts catégoriels, si chacun réclame toujours plus alors que l’État est à la limite de ses moyens, si chacun cède à la peur des adaptations au lieu de s’en saisir, alors la France affrontera de grands périls ».
François Fillon ne recule pas au passage devant la récupération et le détournement éhonté de l’inquiétude manifestée par le CRIF pour enrôler les juifs de France sous la bannière du gouvernement, dont le devoir est « de repousser les surenchères qui risquent de gâcher les conditions du redressement de notre pays. (…) Nous avons le devoir de faire preuve de courage et d’intelligence, dont je sais que la communauté juive est familière ». CQFD.

Recrudescence de l’antisémitisme

Pourtant, le propos du président du CRIF, Richard Prasquier, était tout autre : « C’est une alarme que je vous lance à contrecœur mais de façon solennelle : l’antisémitisme est de retour », a-t-il lancé. « Le mois de janvier 2009 a vu dans notre pays (…) une explosion de haine d’une virulence alarmante », avec 352 actes antisémites recensés, contre 459 pour 2008. En réponse, le premier ministre a annoncé son intention de « durcir la répression des actes racistes et antisémites » et la création d’une « mission sur l’antisémitisme et le racisme dans les réseaux numériques ».

Sébastien Crépel

Publié dans POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

C’est arrivé un 4 mars…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mars 2009

1789 : Entrée en vigueur de la Constitution des Etats-Unis et élection de George Washington comme premier président

1861 : Investiture de Lincoln. Le nouveau président des Etats-Unis exclut tout compromis avec les États esclavagistes du sud. (La guerre de Sécession devient inévitable)

1917 : Première guerre mondiale : profitant de l’effondrement de la Russie, les Allemands entreprennentun profond repli sur le front ouest

1933 :  Investiture de Franklin Roosevelt qui annonce le New Deal

32e président des États-Unis d’Amérique

 

C'est arrivé un 4 mars... dans HISTOIRE 230px-FDR_in_1933

Franklin D. Roosevelt en 1933.

source Wikipédia

 

Quelques extraits de son discours d’investiture :

« D’abord, laissez-moi vous dire que je suis intimement persuadé que la seule chose que nous ayons à craindre, c’est la crainte elle-même »
F.D. Roosevelt, discours inaugural. 4 mars 1933.
Les cours des valeurs sont tombés à un niveau inimaginable ; les impôts se sont élevés ; nos possibilités de paiement se sont effondrées ; les moyens d’échange sont bloqués dans les canaux gelés du commerce ; les feuilles sèches de l’industrie jonchent partout le sol ; les fermiers ne trouvent plus de marchés pour leurs produits ; les économies amassées pendant de nombreuses années par des milliers de familles ont disparu.
Plus important encore : une foule de chômeurs ont à résoudre le terrible problème de l’existence, et un nombre tout aussi grand peine durement pour un salaire de misère. Seul un optimisme insensé peut nier les sombres réalités du moment.
Pourtant, notre détresse ne provient pas du manque de ressources. Nous ne sommes pas frappés par la plaie des sauterelles. La nature nous offre toujours ses largesses et les efforts humains les ont multipliées. L’abondance est à notre porte [...]
 

F.D. Roosevelt, discours inaugural. 4 mars 1933

 
 



 


Roosevelt appelle à l’action….


[...] 

Notre plus grande tâche, la première, est de remettre le peuple au travail. Ce n’est pas un problème insoluble si nous l’affrontons avec sagesse et courage.
Elle peut s’accomplir en partie par une embauche directe par le gouvernement, en agissant comme en cas de guerre, mais en même temps en réalisant par cette embauche les travaux les plus nécessaires pour stimuler et réorganiser l’usage de nos ressources naturelles.

 

On peut travailler à cette tâche par des efforts précis pour élever les prix des produits agricoles, et avec eux le pouvoir d’achat qui absorbera la production de nos cités.
On peut y travailler en mettant un terme réel à la tragédie de la disparition croissante de nos petites entreprises et de nos fermes.
On peut y travailler en insistant pour amener les administrations fédérales, d’Etats et locales, à réduire énergiquement leurs dépenses. On peut y travailler en unifiant les activités de secours qui souffrent encore aujourd’hui de dispersion, de gaspillage et d’inégalité. On peut y travailler en établissant un plan national et une surveillance de toutes les formes de transports et de communications et d’autres activités qui présentent nettement un caractère de service public.

 

On peut y travailler de bien des manières, mais jamais seulement en paroles. Il nous faut agir et agir vite.»

 

 

 

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy