• Accueil
  • > Archives pour février 2009

Le préfet des Hauts-de-Seine aurait-il besoin d’un nouvel informaticien ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2009

Lu sur le blog Hexagone – Catherine Coroller, journaliste à Libération

20 février 2009

Le casse-tête chinois qui exaspère le préfet

Très colère et très pète-sec, Patrick Strzoda, le nouveau préfet des Hauts-de-Seine. Crime de lèse-majesté, les militants du Réseau éducation sans frontières (RESF) ont protesté auprès de lui contre Images l’arrestation, le 11 février, de Shixiong Lin. Ce Chinois arrivé en France en 2003, père d’une petite Juliana née ici, est incarcéré au centre de rétention de Palaiseau, dans l’attente d’une éventuelle expulsion vers son pays d’origine. Dès qu’ils ont eu connaissance de cette affaire, les militants du RESF ont procédé comme à l’habitude, en submergeant la boîte mail du préfet de messages de protestation. Très agacé, Patrick Strzoda, leur a répondu, menaçant au passage de s’en prendre à Shixiong Lin. Voici ses deux mails:

De : STRZODA Patrick PREF92 *
Envoyé le : Jeudi, 19 Février 2009, 17h21mn 20s

M…
Votre message est le 50ième que je reçois concernant la situation de M. LIN et il y en a encore 50 qui sont enregistrès sur ma boite.
Vous êtes en revanche le premier émetteur à qui je réponds et vous serez le seul pour qui je le ferai; si vous avez donc la possibilité de faire connaitre ma réponse à tous ceux qui, comme vous, ont décidé d’inonder ma messagerie de centaines de messages strictement identiques, voici ma réaction.
Je viens de prendre mes fonctions de Préfet des Hauts-de-Seine.
Quand je suis sollicité pour réexaminer une décision d’éloignement qui relève de ma responsabilité, je suis  enclin à le faire naturellement, surtout si la demande se fonde sur des motifs humanitaires.
En revanche, tant que mes collaborateurs et moi nous ferons l’objet de vos harcèlements bureautiques je refuserai systématiquement et par principe de réexaminer un dossier d’éloignement.
D’ailleurs, je ne lirais même plus les messages.
Je ne peux pas accepter que notre outil de travail, a savoir notre réseau de communication, soit détourné de sa vocation et embolisé par des pratiques aussi primaires.
La situation de M LIN ne sera donc pas réexaminée.
Bonsoir

Lire la suite… »

Publié dans Politique nationale | Pas de Commentaire »

Un homme est mort

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2009

Article paru le 19 février 2009 dans la Tribune libre de l’Humanité

Danik Ibrahim Zandwonis, rédacteur en chef des Nouvelles Etincelles (hebdomadaire du Parti communiste guadeloupéen)

Un homme est mort

Cette nuit, un homme

est mort. Un mort de plus. Mort à Pointe-à-Pitre

dans la nuit noire qui

s’est lourdement abattue

sur une Guadeloupe en lutte.

Un homme est mort parce que, depuis 30 jours, le gouvernement français s’est enfermé

dans sa surdité. Un homme

est mort, c’était un syndicaliste. Il est mort sans savoir si, aujourd’hui ou demain,

ceux qui obligent tout un peuple à marcher

pour sa dignité comprendront pourquoi il est mort.

La tristesse est dans le camp du LKP.

Un homme est mort, comme en février 1952,

comme en mai 1967. Notre histoire est toujours

une histoire de morts. Car, dans la colonie,

on meurt d’être colonisé, on meurt de vouloir se libérer des chaînes qui, jusqu’en 1848, privaient

les Guadeloupéens de ce bien si précieux qu’est

la liberté. Un homme

est mort. Militant CGTG, militant culturel du groupe Akiyo, proche du collectif LKP. Il était de ceux

qui continuent de croire qu’une cause juste obtient toujours un large soutien. Mais la vie l’a quitté

et il laisse à ses camarades le flambeau d’un combat qui continuera. Ici, chez nous, la violence est

une ombre hélas trop fidèle, qui ne lâche pas

l’homme noir. Un homme est mort en Guadeloupe, terre de conflits toujours plus âpres. Un homme

est mort aussi parce que l’État français,

cyniquement, joue le pourrissement.

Un homme est mort comme sacrifié parce que

les conditions n’ont jamais été réunies

pour qu’enfin les revendications avancées

par le collectif LKP se traduisent par des actes responsables. L’État fuyant, l’État absent,

l’État arrogant et souvent méprisant,

l’État menteur, l’État zigzagueur, l’État sans grâce à nos yeux, l’État dans toute sa « colonialitude » n’est jamais le même à 8 000 km de Paris.

Ici l’État est répressif, sans coeur, parfois haineux, voire raciste parce qu’unicolore. Un homme mort, comme bien d’autres, depuis que ce jour de 1635 quand, au nom du roi de France, cette terre

des Caraïbes est devenue française, anglaise,

puis française. C’est cela l’histoire des peuples

qui n’ont jamais eu la maîtrise de leur histoire. Alors ils sont morts par centaines, par milliers,

ici ou à Verdun, dans les Dardanelles

ou en Indochine, parfois dans la casbah,

car là-bas, chez nous, on meurt aussi pour

des causes qui ne sont pas nôtres.

Un homme est mort bêtement. C’est injuste.

 

Publié dans Guadeloupe, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Manifestations régionales

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2009

A Lille : Universitaires et travailleurs sociaux ont réuni environ 4 000 personnes. Voir le diaporama sonore sur :

http://www.lavoixdunord.fr/actualite/Dossiers/Webtour/2009/02/20/article_lille-convergence-des-luttes-sur-le-pave-lilloi.shtml

 

A Valenciennes :  Environ 3000 manifestants, metallos et enseignants, dans les rues pour la défense de l’emploi et du pouvoir d’achat. Voir les phots de la manifestation sur :

http://photos.lavoix.com/main.php?g2_itemId=74568

 

 

Publié dans Politique nationale, SERVICES PUBLICS, SOCIAL, SOCIETE, Syndicats | Pas de Commentaire »

Antilles : le document qui prouve le mensonge gouvernemental !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2009

Antilles : le document qui prouve le mensonge gouvernemental !

Dans un pré-accord, Yves Jégo avait bien concédé la revendication de 200 euros pour tous, avant de se déjuger une fois revenu à Paris. Le site Mediapart en a publié le fac-similé, téléchargeable ci-dessous :

 

http://www.humanite.fr/Antilles-le-document-qui-prouve-le-mensonge-gouvernemental

 

Publié dans DOM-TOM, Guadeloupe, Non classé, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Pétition : STOP à la vie chère

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2009

 

Pétition 19 MARS : STOP à la vie chère et à la

 

rentabilité financière au mépris des salariés, des

 

pensionnés, de la jeunesse et des familles.

 

LA CRISE ? C’EST EUX !!! LA SOLUTION C’EST NOUS, RASSEMBLES ET UNIS !!! MANIF DU 19 MARS ? J’Y SERAI AVEC VOUS !!!

Signez la pétition

STOP !

- À la vie chère, à la précarité, au chômage et à la pauvreté.
- À la rentabilité financière au mépris des salariés.
- Aux exonérations de fiscalités et de cotisations patronales inefficaces pour l’emploi stable.

PRIORITE !

- À l’augmentation des salaires et des retraites.
- Aux droits à l’emploi qualifié et à la santé.
- À la taxation des revenus financiers et aux prélèvements sur les dividendes des actionnaires
- Un pôle public pour réorienter l’argent de la finance.

L’argent éclabousse les riches !

- Les 500 plus grosses fortunes pèsent 280 milliards d’€
- Les firmes du CAC 40 en 2008 ont distribué 57 milliards d’€ aux actionnaires et fait 110 milliards d’€ de profils.
- Les patrons des grandes entreprises se sont donnés + de 40% d’augmentation de salaires et alors qu’ils n’ont donné que 1,1% pour leurs salariés.

Le plan d’urgence de Sarkozy est insuffisant !!

Nous ne sommes pas dupes ça suffit !

- Plus de concurrence n’a jamais fait baissé les prix ! Au contraire, cela a toujours fait baisser la masse des salaires et des emplois ! Exemple : Gaz ou essence !
- Allonger le temps de « cotisation retraite » ne remplira pas les caisses, pire cela appauvrira les retraités !
- Les franchises médicales, les forfaits hospitaliers, les prestations non remboursées cassent notre solidarité face aux progrès médicaux !

L’URGENCE IMPOSE !!!

- Un pôle public pour réorienter l’argent de la finance.

- Les banques ne doivent plus faire n’importe quoi avec l’épargne des salariés. La transparence doit être la règle et nous proposons des droits et pouvoirs nouveaux pour les salariés, les syndicats, les élus, les populations pour décider de son utilisation.

- Réorienter l’utilisation des 360 milliards du plan d’aide accordé sans contrepartie aux banques et engager la constitution d’un pôle financier public à partir de la Banque Postale, d’Oséo, de la Caisse des Dépôts et des caisses d’épargne. Renoncer définitivement au Traité de Lisbonne qui attise l’incendie financier et refonder les missions et le rôle de la Banque centrale européenne.

 

Publié dans PETITION, POLITIQUE, Politique nationale, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Les sportifs antillais soutiennent le mouvement de protestation

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 février 2009

d’après RFO.fr (extraits de l’article de Ismail Mohammed Ali)

La communauté antillano-guyanaise prépare une grande manifestation samedi 21 février à Paris pour marquer son soutien au mouvement de protestation du LKP et à la grève générale qui dure maintenant depuis cinq semaines  à la Guadeloupe.

De nombreux sportifs tels Trésor, Pérec, Thuram, Flessel, Nisima, Aaron ou Gentil ont exprimé leur solidarité avec le peuple guadeloupéen. Certains d’entre eux devraient être présents à la manifestation du 21 février.

Marie-José Pérec :

A L’Equipe, elle a confié communiquer « aussi par téléphone avec ma famille et mes amis qui vivent là-bas, à Basse-Terre. Il y a un vrai malaise. Les Guadeloupéens ont été très déçus par notre président de la République, qui n’a pas eu un mot pour eux lors de son allocution télévisée du 5 février. Depuis, tous ont le sentiment d’être délaissés, méprisés (…) 60 000 personnes qui défilent dans les rues, c’est énorme pour une île qui compte 400 000 habitants. Les Guadeloupéens sont mécontents à raison. Au-delà de la lutte contre la vie chère, ils ont l’impression qu’on ne les écoute pas (…) Comprenez que leur revendications sont justes, avec un coût de la vie supérieur de 30 à 40 % plus élevé qu’en métropole. Il est important de prendre des décisions pour les aider à surmonter la crise et ne pas laisser les choses se dégrader. Ce qui me frappe depuis le début de la contestation, c’est que la majorité des manifestants est jeune, déterminée, prête à se battre jusqu’au bout. Et, je n’ai qu’une crainte : que les choses empirent. Ma famille, mes amis sont là-bas… »

Marius Trésor dénonce les riches…
Marius Trésor, capitaine de l’équipe de France de football demi-finaliste au Mondial 1982, a aussi réagit. Le natif de Sainte-Anne en Guadeloupe a déclaré que « les gens en ont assez de travailler pour les autres et de ne pas voir le fruit de leur travail. C’est vrai que les gens qui détiennent la richesse des îles ne font rien pour que cela change. J’ai vu et lu pas mal de déclarations de gens qui détiennent les supermarchés. Au lieu de faire en sorte que cela se calme, ils mettent au contraire de l’huile sur le feu. Les gens qui s’occupent d’importer et d’exporter la banane font des profits énormes sur le dos des producteurs ». Il s’est interrogé sur la pertinence et la justesse qu’« une tablette de chocolat vendue deux euros et quelques en France, puisse coûter jusqu’à huit euros là-bas ».

L’esclavage, toujours dans les mémoires
Certains sportifs ajoutent à la question de la vie chère des raisons liées à la carte sociologique de la société antillaise. Pascal Gentil n’est pas étonné par la gravité de la crise socio-économique frappant les Antilles. « Je ne suis finalement pas trop surpris de voir la situation évoluer de la sorte. C’est une situation à laquelle j’ai été confronté assez tôt. J’avais la chance de partir aux Antilles, tous les trois ans, avec mes parents et j’étais déjà stupéfait d’observer cette hausse des prix spectaculaire. Je me demandais pourquoi une plaquette de beurre coûte  si chère aux Antilles. Il y avait déjà un climat social en latence. Quand on travail et que l’on n’arrive pas à subvenir aux besoins de sa famille, il est normal qu’à un moment donné on en arrive à taper du poing sur la table. Il faut réguler tout ça ! Soit les salaires augmentent, soit ils baissent les prix des matières premières. Il y a beaucoup de souffrances. Je pense que c’était primordial que les gens descendent dans la rue. Je salue sincèrement la dignité avec laquelle jusqu’à présent ces manifestations se sont déroulées. Ils l’ont fait avec beaucoup de dignité. Je tiens à féliciter les Antillais pour ça. Savoir aussi pour le cas de la Martinique que quelques milliers de personnes dirigent l’économie de tout un département… L’esclavage a été certes abolit mais une certaine forme d’esclavagisme perdure encore en quelque sorte. Ce ras-le-bol est légitime. Maintenant j’espère que le gouvernement fera ce qu’il faudra rapportera des réponses et appuiera là où il le faudra au niveau du privé pour trouver des solutions », argumente le double médaillé de bronze aux Jeux Olympiques d’Athènes (2004) et de Sydney (2000).

 Limian Thuram :

« Si vous vivez en Guadeloupe, vous en connaissez la réalité de. Il faut seulement comprendre. S’il y a 60 000 personnes dans les rues, c’est qu’il y a une raison. On ne se rend pas compte que l’esclavage, c’était hier. Pour certaines personnes c’est très très loin, mais pour la société antillaise, c’est tout près, parce qu’on n’a jamais fait le deuil, jamais eu de discussion de fond. » Tout comme son homologue le taekwondoïste français, Lilian Thuram tient à rappeler que « l’histoire de la Guadeloupe, c’est l’histoire de l’esclavage, ça existe encore aujourd’hui. Il y a encore des gens qui dirigent la Guadeloupe et qui s’appellent les békés ». Les descendants des anciennes familles esclavagistes vivant concentrent ainsi bon nombre de critiques. Marie-José Pérec y va aussi de son couplet : « Avez-vous vu Les Derniers Maîtres de la Martinique ? Pour moi, cet état d’esprit est très difficile à supporter. Les Antillais n’ont pas suffisamment accès aux postes à responsabilité, dans les entreprises privées, dans l’administration. Il faut que cela change. Et aujourd’hui qui nous représente ? Le LKP, un comité populaire. J’ai vraiment peur que ça explose, qu’il y ait des morts. Il faut absolument parvenir à une entente. L’Etat français en a le pouvoir (…) Je suis très remonté, touché, inquièt. J’attends beaucoup de cette réunion [entre le président de la République et une délégation d’élus de l’Outre-mer toutes tendances politiques confondues] pour apaiser les esprits. La Guadeloupe fait partie de la France, ce n’est pas seulement une île à 7 000 kilomètres de Paris. Il faut vite dialoguer et communique… »

Pascal Gentil, qui reconnait n’avoir jamais mis un pied de sa vie dans une manifestation, se rendra pourtant, le 21 février prochain, à la grande mobilisation de solidarité aux mouvements sociaux antillais. Marie-José Pérec et d’autres sportifs de haut niveau ne devraient pas être loin de lui dans le cortège aux côtés de milliers d’autres Ultramarins.

 

Publié dans Guadeloupe, Luttes, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Sommet de l’OTAN : Sarkozy veut être vu aux côtés du Secrétaire général !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 février 2009

lu sur :

http://sarkozynews.canalblog.com/

 

Au sommet de l’OTAN : Sarkozy manigance une chicane au sujet de l’ordre des places assises

EFG

________________________________________________________________

logo_spiegel

14.02.2009

NATO-GIPFEL

Sarkozy zettelt Streit über Sitzordnung an

Frankreichs Staatspräsident Sarkozy nervt mal wieder mit seinen Extratouren. Beim anstehenden Nato-Gipfel in Straßburg, Baden-Baden und Kehl Anfang April will er entgegen den Usancen partout neben dem Nato-Generalsekretär sitzen. Nach SPIEGEL-Informationen drohte er gar mit Boykott.

lire_la_suite78http://www.spiegel.de/politik/ausland/0,1518,607601,00.html

________________________________________________________________

Traduction

________________________________________________________________

Sarkozy manigance une chicane au sujet de l’ordre des places assises

Le Président Sarkozy énerve à nouveau avec ses tournée spéciales. Au sommet de l’OTAN ,qui aura lieu début Avril à Srasbourg, Baden Baden et Kehl, il veut, contrairement aux usages ,s’asseoir aux côtés du Secrétaire Général de l’OTAN. D’après les informations du Spiegel, il a menacé de boycott.

Avec cette chicane autour de l’ordre des places assises, le  Président Sarkozy , très soucieux de son image médiatique,a depuis des semaines maintenu  en haleine les diplomates du siège central de Bruxelles.. Il bouderait les rencontres de Strasbourg, Baden Baden et Kehl, s’il ne pouvait s’asseoir directement à côté du Secrétaire Général de l’OTAN, a-t-il fait transmettre à Bruxelles.

Jusqu’à présent il était habituel que les chefs d’Etat et de Gouvernement prennent place autour de la table dans l’odre alphabétique anglais.

La menace des Français de faire avorter la rencontre pour fêter  les 60 ans de la fondation de l’Alliance, a été l’occasion d’un compromis diplomatique : aussi longtemps que les caméras de TV seront dans la salle, Sarkozy pourra s’asseoir à la droite du Secrétaire Général et la Chancelière Angela Merkel à gauche. Dès que les chefs d’état et de gouvernements des 26 pays participants se retireront pour des délibérations à huis clos ,commencera un changement de places.

Derrière les portes fermées Sarkozy et Merkel devront déménager et les chefs de l’ OTAN reprendront leurs places habituelles : De Hoop sera flanqué d’un côté du Secrétaire du Conseil de l’Otan, un diplomate, suivi par le premier Ministre belge. De l’autre côté prendra place le Secrétaire général adjoint, suivi par le Président américain OBAMA

 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

18 février

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 février 2009

vu sur :

http://sarkozynews.canalblog.com/archives/le_nouvel_observateur/index.html

 

________________________________________________________________

Nono

18022009

________________________________________________________________

 

Publié dans Humour | Pas de Commentaire »

Eradiquer la misère : un livre, un projet, un défi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 février 2009

Un ouvrage de référence accessible aux lycéens, aux acteurs de terrain, aux chercheurs et à tous les citoyens.
Éradiquer la misère

Démocratie, mondialisation et droits de l’homme*

Coordonné par Xavier Godinot, avec la collaboration de Floriane Caravatta, Marilyn Ortega Gutierrez, Alasdair Wallace, Patricia et Claude Heyberger, Rosario Macedo de Ugarte et Marco Aurelio Ugarte Ochoa.

Ce livre plonge le lecteur dans les récits de vie de personnes en situation de grande pauvreté sur quatre continents. L’ouvrage analyse les conditions nécessaires à la reconnaissance des individus et à leur accès aux droits fondamentaux. Il confronte ensuite, à la lumière de ces récits, les thèses des économistes qui ont travaillé sur les liens entre mondialisation et extrême pauvreté. Il éclaire enfin l’articulation entre transformation personnelle et transformation sociale, faisant le constat que la misère n’est pas seulement un problème d’extrême pauvreté matérielle, mais aussi de rejet, de mépris et d’exclusion sociale.

« L’égalité politique ne peut se construire qu’avec l’égalité sociale. L’intérêt de cet ouvrage est de montrer comment on peut construire l’égalité sociale. Il décrit comment des gens qui n’ont rien mettent ensemble ce rien,  et cela représente le début de quelque chose. Il montre que du sentiment d’injustice peut naître une mobilisation collective… » Nonna Mayer, directrice de recherche CNRS au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po).

 

* Presses Universitaires de France, 2008, 436 pages, 18 euros

 

Publié dans PRECARITE, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Les rouges et la crise de 1929

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 février 2009


« - Vous avez vu ce qu’il y avait dans le journal, à propos de ces agitateurs, là-haut, à Bakersfield ?

- Oui, répondit Wilkie. Ils disent tout le temps ça.

- Eh bien ! j’y étais. Y avait pas d’agitateurs. Des rouges comme ils les appellent. Et d’abord, qu’est-ce que c’est que ces rouges, bon Dieu ? (…)

- Y a un tas de gens qui aimeraient bien savoir ce que c’est que ces rouges. (Il se mit à rire.) Un gars de chez nous l’a découvert, ce que c’était. (…)

Un nommé Hines, l’a quéq’ chose comme trente mille arpents de pêches et de la vigne, une usine de conserves et un pressoir. Toujours est-il qu’il n’arrêtait pas de parler de ces salauds de rouges. « Ces salauds de rouges, ils mènent le pays à sa perte » qu’il disait ; et aussi: « Faut les foutre dehors, ces cochons de rouges. » Et il y avait un jeune gars qui venait juste d’arriver dans l’Ouest, et qu’était là à l’écouter et un beau jour il fait : « M’sieu Hines, y a pas longtemps que j’ suis là ; j’ suis pas bien au courant, qu’est-ce que c’est au juste que ces salauds de rouges ? » Alors Hines lui dit comme ça : « Un rouge, c’est n’importe quel enfant de garce qui demande trente cents de l’heure quand on en paie vingt-cinq ! » Alors, voilà le petit gars qui réfléchit un bout, qui se gratte la tête et qui dit : « Mais nom d’un chien, m’sieu Hines, j’ suis pas un enfant de garce, mais si c’est ça un rouge, eh ben moi, je veux avoir trente cents de l’heure. Tout le monde le veut. Eh bon Dieu alors on est tous des rouges, m’sieu Hines. »

John STEINBECK, Les raisins de la colère, Gallimard, Folio, 2002 (1939), p.418

Publié dans HISTOIRE, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

1...34567...16
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy