Même les policiers en ont « ras-le-bol » !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 février 2009

Malaise,  même dans la police !

Le 29 janvier, à Paris, 300 policiers ont défilé, à l’appel de deux syndicats. Ils protestaient contre le non paiement de centaines d’heures supplémentaires et la suppression de 10 000 postes d’ici 2012.

Leurs syndicats dénoncent la politique du chiffre imposée par l’Etat-Sarkozy : 500 000 gardes à vue en 2008, interpellations pour « outrage » ou « rébellion » à la fin de chaque manifestation… surtout lors des déplacements du Président, nombre d’interpellations fixé par avance chaque mois par la hiérarchieLes policiers en ont « ras-le-bol ». Ce « ras-le-bol », ce malaise, beaucoup de policiers l’exprimeront à nouveau le 21 mars, dans les rues de Paris.

Des emplois précaires, même dans la police !

Les adjoints de sécurité (ADS), anciens « emplois-jeunes« , sont payés au SMIC et formés en 12 semaines alors que les gardiens de la paix sont formés en 12 mois. Actuellement, l’Etat compte recruter 1400 personnes en contrat d’accompagnement (CAE) payées à 80 % du SMIC, pour des contrats de 5 ans. 

Cette précarité crée une police à deux vitesses d’autant plus que ces contrats peuvent travailler la nuit, le week-end, pour le même salaire. De plus, ils sont « éjectables » après 5 ans.

« La prévention, ça marche et ça coûte moins cher »

Selon Valérie Sagant, magistrate, de plus en plus de pays adoptent des stratégies de prévention et abandonnent le « tout-répression ». La police se voit ainsi attribuer le premier rôle en matière de prévention qui ne doit pas simplement viser à réduire le nombre de crimes mais plus largement à améliorer la qualité de la vie quotidienne des citoyens.

Au Canada, il a été calculé qu’une personne coûtait 90 000 dollars par an alors que sa prise en charge par les services sociaux en coûtait 23 000 !

Quand on met en place des médiations pour résoudre calmement les conflits et les problèmes, cela évite le recours à la police et le résultat est à la fois visible et immédiat.

A Bogota (Colombie), en 10 ans, en associant la police, les services sociaux, les hôpitaux, les chauffeurs de taxis…, on a réduit par 4 le nombre d’homicides.

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy