• Accueil
  • > PRECARITE
  • > « Vers une explosion de la pauvreté » Jacques Rigaudiat

« Vers une explosion de la pauvreté » Jacques Rigaudiat

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 février 2009

Économiste de formation, Jacques Rigaudiat, magistrat à la Cour des comptes, fut le conseiller social de Michel Rocard à Matignon et l’un des inspirateurs du RMI. Il a publié, en 2008, aux éditions Autrement, Le Nouvel Ordre prolétaire dans lequel il dénonce la paupérisation massive de notre société.


D’une certaine manière, nous vivons la fin du fordisme : les salaires ne sont plus indexés sur la productivité. Rappelons que nous avon connu avant la crise, des transformations profondes avec la montée de la précarité laborieuse – sans parler du chômage – due au développement du temps partiel contraint, des CDD et de l’interim. Nous avons en fait assisté à la dégradation de la norme d’emploi qui a fait exploser le compromis de 1945. Pour le coup, on peut prédire une réduction du nombre de travailleurs pauvres car ils vont perdre leur emploi et devenir des pauvres sans emploi.

Il faut s’attendre à une très forte remontée du chômage. La crise va être durable, les plus optimistes prévoient du mieux pour le second semestre de 2010 : personnellement, je n’y crois pas. Nous allons plutôt vers une explosion de la pauvreté et ce ne sont pas les mesures comme le RSA qui vont arranger les choses : ce dispositif, en aidant financièrement davantage les jobs les plus précaires -plutôt que ceux proches du Smic – ne soutiendra pas le retour à l’emploi.

Quelles perspectives alors ? [...] il ne s’agit plus de simplement réguler, il faut changer les règles du jeu et affirmer la prééminence des normes sociales

Extrait d’un article publié dans CONVERGENCE (Secours Populaire Français) – février 2009

**********************

Inégalités de budget

Source : CONVERGENCE

La crise sera sélective. La chute du pouvoir d’achat pourrait atteindre jusqu’à 35 % pour les foyers qui cumulent tous les handicaps. L’érosion serait, proportionnellement, trois fois moins importante, pour les cadres supérieurs. Autrement dit, les ouvriers d’origine étrangère, les familles monoparentales, les travailleurs précaires et les retraités  sont les plus exposés. Principale explication : leurs dépenses incompressibles, qui absorbent jusqu’à 65 % de leur budget – contre 30 % en moyenne pour l’ensemble des Français -, devraient encore s’alourdir, alors que leurs revenus n’augmentent guère. En ce qui concerne l’alimentation – qui représente 20 % du budget des plus pauvres -, il est de plus en plus difficile de faire des économies. Avec le dérapage des prix observé au cours des derniers mois qui touche des produits de base comme le pain, les oeufs, les pâtes ou la viande, ce budget engloutit aujourd’hui 20 % des ressources des ménages les plus pauvres, contre 6 % chez les mieux lotis.

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy