• Accueil
  • > CONSO
  • > ENERGIE : se chauffer coûtera plus cher en 2009 !

ENERGIE : se chauffer coûtera plus cher en 2009 !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 janvier 2009

Selon l’INC (Institut national de la consommation), la facture annuelle augmentera de 37 euros si elle est chauffée à l’électricité, de 479 euros s’il s’agit du gaz et de 558 euros  s’il s’agit du fuel !

« Certains consommateurs croient trouver une échappatoire en changeant d’offre au sein de Gaz de France, note 60 Millions de consommateurs. A côté du tarif réglementé, l’entreprise vante son offre de marché, à prix fixe sur deux ans. Les démarcheurs oublient juste de préciser que cette garantie de stabilité se paie d’une augmentation immédiate par rapport aux tarifs réglementés en vigueur lors de la signature« .

Précarité énergétique

De son côté, le Comité de liaison pour les énergies renouvelables (CLER) précise que « cinq millions de foyers devront consacrer plus de 10% de leur revenu disponible au règlement de leur facture d’énergie, ce qui entraînera impayés ou retards de paiement, restrictions de chauffage… bref, des difficultés multiples à se chauffer correctement. » « Les inégalités des ménages français face au poids des dépenses d’énergie se sont creusées » constate le CLER pour qui ce phénomène correspond à la définition anglaise de la pauvreté ou précarité énergétique.

La Fonfation Abbé Pierre estime à 300 000 le nombre de ménages sollicitant une aide sociale pour le réglement de factures d’énergie impayées.

De fortes inégalités selon les revenus

Une étude de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie)  révèle que la part des dépenses d’énergie dans le revenu des ménages les plus pauvres est passée de 10 à 15 % entre 2001 et 2006 tandis que cette part a diminué dans le revenu de la population la plus aisée, qui a augmenté plus vite que le prix des combustibles. « Les inégalités sont fortes selon les revenus : la part des dépenses énergétiques des 20% les plus pauvres est 2,5 fois plus élevée que celle des 20% les plus riches », selon l’Ademe.

Les mesures pour économies d’énergie ne bénéficient pas aux plus pauvres

Les ménages les plus modestes étant non imposables, ils ne peuvent bénéficier des crédits d’impôts et autres incitations fiscales pour la réalisation de travaux d’économie d’énergie.

d’après Liberté Hebdo, du 16 au 22 janvier

 

 

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy